Fermer

Toulon, l’incroyable résurrection

 

Par Guylaine Idoux, journaliste – Photos Edwige Lamy

 

Euh, Toulon… vraiment ? Oui, Toulon, absolument ! Minée par les années de plomb, le clientélisme et la montée des extrêmes, la Varoise a fait sa mue. La voici aujourd’hui pimpante, ou presque. En tête de ligne : l’ex « Petit Chicago », le centre ancien longtemps abandonné à tous les trafics, métamorphosé grâce à une ambitieuse politique de rénovation urbaine, menée sous le double signe du béton et de la culture. Marcelle est allée voir de près le fruit de cette longue gestation, menée aux forceps. Et elle a découvert un beau bébé, encore fragile, certes, mais qui promet.

 

Les Toulonnais sont unanimes : leur ville a changé. Et elle revient de loin. « En 2002, quand j’ai été nommée à la tête du Musée national de la Marine, j’étais ravie de la mission mais beaucoup moins de la ville que je trouvais terne et grise… Je me suis donnée cinq ans », raconte Cristina Baron. La directrice n’est jamais repartie et  continue de diriger avec un bel entrain le fameux musée, incontournable dans une ville qui vit à l’ombre du plus grand port militaire de France, reclus derrière les murs de l’arsenal. Au loin, les silhouettes grises des navires de guerre rappellent son importance stratégique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite