Fermer

Daniela Lévy : « le féminisme est une expertise »

Par Nathania Cahen

Journaliste

Une féministe est-elle une harpie en jogging ? Une pin-up court vêtue ? Une Beauvoir enturbannée ? (et est-ce qu’en ces temps corsetés, la femme que je suis peut écrire ceci sans passer pour une traîtresse à sa cause ?) Daniela Lévy balaie tous les clichés. Porte-parole d’Osez le féminisme 13, ancienne présidente du Collectif 13 Droits des femmes, diplômée en sciences sociales et sciences politiques, la trentenaire engage toute son énergie dans l’émancipation de ses paires*. Féministe mais rationnelle, elle pose la formation et la culture comme des outils essentiels de cette révolution en devenir.

 

Ce rendez-vous du 8 mars initié en 1910, c’est du grand n’importe quoi ou une date qui compte ?

Daniela Lévy : « le féminisme est une expertise » 1Quand on en fait la « journée de la femme » avec des fleurs, ou des promos pour de la lingerie, c’est un contre sens et c’est cliché. Il s’agit de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Et dans ce positionnement historique et symbolique, le 8 mars trouve son utilité, se fait l’écho des combats menés pour notre cause. Et permet de dresser des bilans : ce que nous avons pu obtenir, ce qu’il nous reste à conquérir.

 

En 2019, que signifie être féministe ?

Cela veut dire croire radicalement en l’égalité entre les femmes et les hommes. Cette égalité existe dans les textes, mais pas dans les faits. C’est en grande partie lié à la culture. Et, paradoxalement, c’est la culture, avec les contenus appropriés, qui permettra de combattre les inégalités. Féministe ça n’est pas une intuition, ni une opinion mais une expertise qui se construit. On le devient après avoir creusé la question, après la lecture et l’étude de certains ouvrages de sciences sociales.

 

Qu’est-ce qui vous a poussée dans cette direction ?

La rencontre entre mon histoire individuelle et l’histoire collective. Il y avait sans doute une prédisposition car, petite, j’étais déjà scandalisée par cette grammaire qui veut que le masculin l’emporte toujours sur le féminin, quelles que soient les forces en

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite