Fermer

Un tremplin professionnel pour les autistes

Par Agathe Perrier

Journaliste

On ne sait pas grand-chose des difficultés rencontrées par les 650 000 autistes de l’hexagone pour trouver un emploi. 80% d’entre eux sont pourtant inactifs malgré un potentiel réel. La start-up Avencod le démontre en les embauchant pour les former aux métiers du numérique et leur permettre par la suite d’intégrer une entreprise de façon pérenne. Après avoir planté ses premières graines à Nice, elle s’installe à Marseille.

C’est au pôle Technoptic, au technopôle de Château-Gombert (13e), que Laurent Delannoy, à l’origine d’Avencod avec sa femme Laurence Vanbergue, me donne rendez-vous. La tête dans les cartons, ou plutôt dans les branchements. La jeune pousse vient de poser ses valises à Marseille et s’active pour les déballer. Dans cinq jours, ses premiers collaborateurs marseillais seront là (c’est même chose faite à l’heure où vous lisez ces lignes). Tous sont handicapés, pour la plupart autistes atteints du syndrome d’Asperger. Un trouble qui se caractérise par des difficultés à interagir avec les autres, mais sans déficience intellectuelle ni retard de langage. « Notre objectif est double : d’une part, montrer aux entreprises qu’avoir des personnes autistes dans ses équipes, cela fonctionne, aussi bien en termes qualitatifs qu’économiques. D’autre part, former ce public pour lui permettre d’intégrer les métiers du numérique », met en avant le fondateur. Et leur servir ainsi de tremplin dans leur vie professionnelle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite