Fermer

À Marseille, pas de pétrole mais un propulseur de solutions supersonique !

Par Nathania Cahen

Journaliste

Mathilde Gardien, Elsa Anquetil, Daphné Charveriat et Anne-Claire Gosselin. ©Caroline Dutrey

En tant que média de solutions, difficile de ne pas s’intéresser à Marseille Solutions, cet ovni qui tient à la fois de la machine à idées et de l’accélérateur de projets dans le domaine de l’innovation sociale. Qui s’inspire (de ce qui se fait de bien ailleurs), inspire (ses clients) et aspire (à résoudre les problèmes de fond de la société que sont le chômage, la précarité ou l’enclavement). Le tout barré par quatre drôles de dames bardées d’audace et d’énergie. Attention, ça donne le tournis.

 

L’association est née en 2014, dans le sillage de la comète MP2013, année capitale de la culture pour Marseille. Trois passagers prennent alors place à bord du nouvel engin : Tarik Ghezali, Anne-Claire Gosselin et Jérôme Shatzman. Soudés par une indignation commune, « le Marseille bashing chronique qui sévit alors, avec des titres de presse comme Marseille et ses pauvres ou Marseille en feu », ils décident de relever le gant et de faire de Marseille la capitale des solutions. Tout en s’appuyant sur une méthodologie décomplexée, « Voir grand, commencer petit, aller vite » qui, rapidement, a fait ses preuves. Commencer petit, à l’aune de la première expérimentation qui fait la preuve du concept. Voir grand et essaimer. Trente projets plus tard, l’énergie est intacte mais l’équipe s’est récemment métamorphosée en quatuor féminin.

 

La mobilité, première matière à réflexion

La mobilité dans les quartiers nord de Marseille est le sujet sur lequel la petite équipe va se faire la main. La mobilité car elle impacte l’emploi dans ce secteur fragile qui compte pourtant 8 500 entreprises et 75 000 emplois. Et parce que si la Métropole a bien un plan, c’est à échéance 2030, si loin. En attendant, les gens qui sortent du boulot dans les zones d’activité des 14e et 15e arrondissements ont deux autoroutes à traverser pour rejoindre la station de métro Bougainville. Le projet Nord we go, accompagné par le réseau d’entrepreneurs Cap au Nord entreprises, a débouché sur la mise en circulation de navettes électriques effectuant des rotations, surtout aux heures de pointe. En 2018, 6 000 transports ont ainsi été effectués en micro-navettes dans ce secteur de la ville.

 

Des paillettes pour l’insertion

À Marseille, pas de pétrole mais un propulseur de solutions supersonique ! 1Le deuxième cas d’étude va porter sur la motivation des salariés en insertion. Et pour cause, ils sont rarement embarqués dans ces formations exaltantes qui allument des petites lumières dans les yeux. L’équipe va s’inspirer du chef Ducasse qui, en 2010, a initié Femmes en avenir, une formation magistrale dans des restaurants haut-de-gamme pour un public en difficulté. À la sauce marseillaise, c’est avec l’entreprise d’insertion La table de Cana et Pôle Emploi que le projet Des étoiles et des femmes est monté cinq ans plus tard. « Avec l’idée de réinjecter du rêve dans la vie de ces femmes qui en manquent cruellement. Pour y ajouter des perspectives autres que la seule insertion », précise Mathilde Gardien, qui codirige Marseille Solutions avec Anne-Claire Gosselin. Là-aussi des partenariats sont noués avec les chefs locaux – Lionel Lévy, Emmanuel Perrodin, Georgiana Viou, Dominique Frérard… Une formule efficace puisque la 3e promotion a été diplômée en mai dernier, et sous les ors de la République dans les salons de la préfecture, s’il vous plaît !

 

Des manipulatrices de l’ombre

« Le process est toujours le même : nous aidons à faire sortir de terre et consolider le projet de manière à ce qu’il fonctionne ensuite sans nous », explique Mathilde Gardien. « Nous sommes des manipulatrices de l’ombre », confirme Anne-Claire Gosselin. Le programme Des Étoiles et des femmes a essaimé à son tour, en Aquitaine notamment. Et a été le déclic du projet Beaux-Mets, terme dérivé du nom de la maison d’arrêt de Marseille, les Baumettes, qui s’inspire aussi de « The Clink » (terme anglais familier pour prison), une expérience aboutie de restaurants ouverts au public dans des prisons outre-Manche. Pourquoi la restauration en particulier ? « Parce que c’est un secteur en tension d’une part, qui accepte les détenus d’autre part. Donc un secteur ressource quand on sait que 48% des détenus ne sont pas diplômés », glisse Mathilde Gardien. Outre une réflexion en lien étroit avec l’administration pénitentiaire, des partenariats importants ont été noués (Accor, Carrefour, Vinci, Michel Portos…). Lever de rideau sur cette initiative inédite en France cette année peut-être.

 

Une trentaine de projets

À Marseille, pas de pétrole mais un propulseur de solutions supersonique ! 2Marseille Solutions a également été sollicité en 2017 pour structurer Degun sans stage (en parler Marseillais, degun signifie personne), initiative citoyenne destinée à trouver des stages de 3e dignes de ce nom à tous les collégiens de REP+, portée par l’entreprise Provepharm et l’École Centrale de Marseille. Il y a aussi eu Skola, conçue avec les Apprentis d’Auteuil : le principe d’une boutique-école testée au centre commercial Les Terrasses du Port, à Marseille, inaugurée par les élèves de l’École de la 2e Chance. « Avec le challenge de trouver des partenaires prestigieux, qui donnent du lustre au projet : Kaporal, Kulte, la Maison méditerranéenne des métiers de la mode… », ajoute l’équipe. Le modèle fait des émules, et se décline désormais dans d’autres domaines : informatique, hôtellerie, fibre optique…). Des formations courtes qui ciblent les jeunes peu qualifiés.

À Marseille, pas de pétrole mais un propulseur de solutions supersonique ! 4Si Marseille Solutions a monté de toutes pièces une dizaine de projets, l’association s’est également impliquée dans une vingtaine d’autres, pour l’implantation, la recherche de partenaires ou de financements, la modélisation… Une partie s’est inscrite dans le programme de Fondation du quinquennat Hollande, La France s’engage, comme Le Paysan Urbain (relire notre article), Môm’artre Sud (démocratisation de l’éducation artistique et valorisation du vivre ensemble), Comme les autres (accompagnement d’accidentés de la vie dans leur reconstruction)…

Énumérer encore, en vrac, le rôle joué dans la création du Lab Zéro (relire notre article) et de Coco Velten, ICI Marseille (manufacture collaborative et solidaire) dans le sillage d’ICI Montreuil…

 

Un nouveau défi avec La Varappe

Le groupe d’insertion La Varappe est le premier employeur de l’économie sociale et solidaire de la région, avec plus de 4 600 salariés et un chiffre d’affaires de 37,5 millions d’euros en 2018. C’est avec ce mammouth qu’un grand partenariat vient d’être noué pour la conception d’une fabrique à projets baptisée Premium. Le principe ? « Rechercher le meilleur pour ceux qu’on appelle les invisibles. Qu’il s’agisse de l’emploi ou de la santé ». En matière de santé justement, notre fine équipe planche sur une équation intéressante : les aveugles connaissent un taux de chômage problématique et le dépistage du cancer du sein n’est pas assez important. L’Allemagne a trouvé la réponse il y a dix ans avec « Discovering Hands », une association qui exploite le sens du toucher très développé des aveugles pour détecter les tumeurs. L’idée fait son chemin avec une réunion de partenaires locaux qui se construit doucement mais sûrement.

Également dans les tuyaux, Street Art, qui sera comme un musée à ciel ouvert dans les quartiers Nord de Marseille. La réflexion se construit avec Impact jeunes et la cité des Lauriers. Et puis une participation dans le projet de l’association Wintergreat (voir bonus) pour la valorisation du potentiel des réfugiés. Une formation en 12 semaines pourrait être créée à la rentrée prochaine dans la région.

Le plus dur dans le montage de tous ces projets ? « Convaincre et amorcer », répond en cœur la codirection. « Sans angélisme et avec beaucoup de pragmatisme », affine Anne-Claire Gosselin. « On entend souvent : c’est impossible ! », s’amuse Mathilde Gardien. Sourires entendus. ♦

 

Bonus

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite