Fermer

L’imprimante 3D qui recycle les déchets plastiques

 

Elle a pour petit nom Plast’if, et trône depuis peu dans les locaux du Centre Financier de La Banque Postale, à Marseille. Cette imrimante 3D, à la pointe de l’innovation, n’existe à ce jour qu’en deux exemplaires en France et permet de recycler les déchets plastiques en imprimant en 3D de nouveaux produits à partir de ces déchets. À l’occasion de la Semaine européenne du développement durable (jusqu’au 5 juin), les employés de ce service de La Poste pourront recycler leurs déchets – gobelets en plastique, bouteilles d’eau – pour imprimer en 3D des objets utiles au quotidien comme des supports de tablette ou des coques pour smartphone. Puis, en septembre, la machine sera installée pour un test de six mois.

Plast’if a été fondée il y a deux ans par Cassandra Delage, jeune entrepreneure diplômée de l’université McGill (Montréal) et de HEC Paris, avec une équipe d’ingénieurs. Plus d’une trentaine d’objets disponibles à la (re)fabrication sont référencés dans un catalogue accessible via l’écran tactile intégré à la machine. Ils se divisent en trois catégories : les objets pour l’employé (support d’ordinateur ou protection pour téléphone), les objets imprimés en équipe afin de créer du « team building » (chaise, tabouret et autres meubles) et les objets utiles à la communauté, que Plast’if développe en partenariat avec des associations comme Jaccede ou Enable (lunettes de vue, prothèse, rampe pour fauteuil roulant).

Pour rappel : 4,7 milliards de gobelets sont utilisés par an en France, 150 gobelets sont jetés chaque seconde et 1% des gobelets sont recyclés. Il y a du boulot ! ♦