Fermer

[Série] À poil pour être en harmonie avec la nature ? #1

Par Marie Le Marois

Journaliste

[Série] Dans la moiteur de l’été, certains corps se dévoilent. Perçue comme libératrice ou impudique, la nudité divise quand elle n’est pas elle-même traversée de contradictions. Très tentée par l’expérience, j’ai enquêté auprès des (vrais) naturistes. Et découvert des personnes désireuses de vivre en harmonie avec la nature, dans le respect de l’environnement, de soi et d’autrui. 

Comme chaque été, Karine profite d’être à l’ombre des regards pour se mettre nue. Un rocher, un bateau, dans son jardin, tout est bon pour accueillir la chaleur de son corps. Julie, elle, passe une semaine dans un camping naturiste avec mari et enfants. Pas n’importe lequel. Celui qu’elle affectionne se niche dans la forêt avec cabanes en bois et restau bio (voir Bonus). Cette graphiste pratique régulièrement le naturisme, comme plus de deux millions de Français. Un chiffre en constante augmentation, « près de 6 % de plus par an pour les campings du grand sud », relève Yves Leclerc vice-président de la FFN (Fédération française de naturisme). « Mais le plus étonnant est que 43 % de la clientèle ont moins de 30 ans ! »

 

Nature, écologie, convivialité et familles

Les raisons de cet engouement ? Selon Viviane Tiar, la présidente de la FFN, c’est la recherche d’une vie plus saine, plus vraie, moins consumériste, plus en adéquation avec la nature. Près de 100 ans après son essor – le premier club date de 1920 -, ce mode de vie a fait peau neuve. Le réseau social 100% naturiste Zerokini (clin d’œil à bi/monikini) incarne ce nouvel élan en véhiculant une image fun de la nudité. L’application Smartphone ‘’Naturiste par Nature’’ permet de trouver instantanément (et sans se tromper) une plage naturiste à proximité ou un centre sympa en fonction de son profil (en couple, entre amis, avec enfants ou ados).

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite