Fermer

Les bonnes pratiques du domaine de L’Escarelle

Par Nathania Cahen

Journaliste

Ni herbicide, ni pesticide, ni détergent sur ce domaine viticole labellisé Haute valeur environnementale (HVE). Mais un écosystème préservé, des panneaux photovoltaïques, des vignes en conversion bio et, depuis deux ans, un jardin à papillons. J’ai fait le tour de la propriété !

Les bonnes pratiques du domaine viticole de L’Escarelle 1
@Escarelle

C’est dans le Var vert, dans la campagne proche de Brignoles, que s’étale ce grand domaine de 1 000 hectares, dont 100 réservés au vignoble du Château de l’Escarelle. Une impression de liberté et d’immensité, un climat mexicain en ce moment. On s’étonne presque de ne pas voir des cactus plantés dans ce sol caillouteux et calcaire qui s’habille d’un manteau de chênes et de résineux quand il prend de l’altitude en direction de la montagne de la Loube. Sinon c’est garrigue et arbousiers.

Le domaine a été acquis en 2014 par Yann Pineau, un passionné de vins. Le directeur général de la société de téléphonie Itancia est de ces patrons qui font rimer business et écologie. Il a fait en sorte que l’Escarelle reste au plus près de sa nature originelle et s’inscrive dans une démarche engagée. « Sans donner dans l’intégrisme ni les faux semblants, mais avec pragmatisme », remarque Patrick Lobier, qui administre le domaine depuis plus de vingt ans et supervise la mise en place des nouvelles pratiques.

 

Autonomie énergétique

Les bonnes pratiques du domaine viticole de L’Escarelle 3
Patrick Lobier

Il y a trois ans, des panneaux photovoltaïques ont ainsi été installés pour l’autonomie énergétique. « Cela nous permet de travailler avec notre outil industriel sans impacter l’environnement, et même de revendre un peu d’électricité ». L’eau est également utilisée avec parcimonie et bon sens puisque celle qui sert à laver les caves et les cuves est récupérée via des caniveaux, puis filtrée (zéro détergent mais des matières organiques à évacuer) avant d’être réutilisée, notamment pour l’arrosage goutte à goutte des vignes. La nuit, cela va de soi. Il n’empêche que le domaine reste gourmand en eau, mais la présence de quatre forages sur le site permet de ne pas abuser de l’eau du réseau public.

À noter encore le choix de voitures électriques, la dématérialisation des documents aussi souvent que possible, et l’existence d’un compost alimenté par les déchets alimentaires de la cantine.

 

Du vin bio pour très bientôt

Les bonnes pratiques du domaine viticole de L’Escarelle 2Le domaine est en troisième année de conversion, la cuvée 2020 sera donc officiellement bio. La production ici est de l’ordre d’un million de bouteilles par an pour ce vignoble qui s’étend d’un seul tenant sur 100 hectares, sur un terrain qui peut atteindre 500 mètres d’altitude. Une fraîcheur alliée à un sol rocailleux expliquent des rosés très minéraux et des rouges puissants. La gamme de vin se compose de 5 cuvées pour les vins du Château (issus de la propriété) et 7 cuvées pour les vins de marque (raisins achetés et soigneusement sélectionnés). Une journée par an, l’ensemble du personnel se dissémine dans les vignes pour ramasser les déchets portés par le vent ou remontés des tréfonds de la terre.

Outre la conversion en bio, un diagnostic de la biodiversité du domaine a été commandé en 2014 à la LPO (Ligue de protection des oiseaux) PACA. L’inventaire a fait état d’une forte biodiversité – chevreuils, lapins, sangliers…- et de la présence de plus de 95 espèces de papillons sur la propriété (sur 259 sont recensées en France).

 

Le Jardin du Pacha

Les bonnes pratiques du domaine viticole de L’Escarelle 4
@Escarelle

Dans la foulée, le projet d’un jardin à papillons s’est monté avec le fonds de dotation Itancia et la LPO. Conscient de la fragilité et des menaces qui pèsent sur les lépidoptères, le propriétaire du Château de l’Escarelle a créé un espace dédié de 2 300 m². Baptisé Le jardin du Pacha (du nom d’un joli papillon noir et orange) il entend contribuer à leur protection et à la sensibilisation du public. Le jardin, qui reproduit l’environnement de milieux naturels préservés, propose les meilleurs plantes (indigènes, locales et non minéraux. Au-delà des ceps et des pieds de vignes, l horticoles) à sa population multicolore. Les visiteurs sont accompagnés dans leur déambulation par quelques panneaux pédagogiques.

Les bonnes pratiques du domaine viticole de L’Escarelle 5
@Escarelle

Les autres insectes sont également chouchoutés. L’herbe est ainsi broyée entre les pieds de vigne mais pas sur les abords laisser intact leur habitat. Le reste de la faune également. Les nichoirs installés ont été colonisés par les chauve-souris (parfaites pour débarrasser le domaine des pyrales, ces papillons redoutables pour la vigne).

Un important projet de régénération de la forêt est également programmé sur les 30 ans à venir, pour supprimer les espèces non endémiques qui ont été importées par l’homme, réparer un couvert végétal çà et là accidenté, et replanter les variétés qui favoriseront la biodiversité. ♦

*— Le Fonds Épicurien, parrain de la rubrique « Alimentation durable », vous offre la lecture de l’article dans son intégralité, mais n’a en rien influencé le choix ou le traitement de ce sujet. Il espère que cela vous donnera envie de vous abonner et soutenir l’engagement de Marcelle – le Média de Solutions —

 

Bonus

  • Découvrir L’Escarelle en courant – Certains viennent pour les caves, pour le vin, d’autres pour le jardin des Les bonnes pratiques du domaine viticole de L’Escarelle 6papillons. Les sportifs accourent pour les trails (13 km ou 24 km) ou la marche nordique qui s’y tiendront dimanche 6 octobre. Dans le plus grand respect de la nature.

 

  • La Haute Valeur Environnementale (HVE) – Elle s’appuie sur des indicateurs de performance environnementale qui portent sur l’intégralité de l’exploitation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

  • PratiqueChâteau de l’Escarelle, route de la Roquebrussanne à La Celle (83). Tél. :  04 94 69 09 98. Le jardin du Pacha peut se découvrir à l’occasion d’une visite guidée durant la période estivale. En juillet et août à 9h30, les mardi, mercredi et jeudi matin, en réservant auprès de l’Office de tourisme de Brignoles. Jardin seul : 5 euros. Avec la cave, 10 euros. Horaires de la boutique : du lundi au samedi de 10h00 à 13h00 et de 15h00 à 19h00 en été et du lundi au samedi de 09h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00 en hiver. Fermée le dimanche