Fermer

Devenu la Cloche sud, le Carillon poursuit ses actions pour les gens de la rue

Par Nathania Cahen

Journaliste

[Good News] En dix mois, les 75 commerces solidaires de Marseille sont devenus 140, et ont élargi le périmètre des services offerts aux sans domicile. Les partenariats et initiatives se renforcent également.

 

Des antennes en région plus autonomes et, pour sceller cette compétence, un nouveau nom : la Cloche Sud, qui supervise le Carillon (réseau de commerçants) et les Clochettes (initiatives urbaines inclusives). Environ dix quartiers du centre et du sud de Marseille sont aujourd’hui quadrillés par les fameux petits pictogrammes. Des restaurants et des cafés, en majorité, mais aussi des pharmacies, un coiffeur et même une boucherie ! Le dernier commerce à avoir rejoint le réseau est le Pizza Hut du 8e, qui propose notamment à ses clients d’acheter un menu complet à 5 euros pour les personnes dans le besoin.

Une enquête de terrain a établi que 70% des commerces affiliés ont été sollicités – pour un verre d’eau, l’usage des toilettes, un plat suspendu, un téléphone à recharger, des croquettes pour un chien…

 

Au nombre des bonnes nouvelles également, des partenariats qui se pérennisent ou qui se nouent. À Marseille, le financeur numéro un du Carillon reste l’hôtel Intercontinental qui sensibilise aussi bien ses clients que ses salariés. Les restaurants de l’établissement proposent ainsi des plats signalés par un petit picto pour lesquels un euro est reversé à l’association. Partenaire récent, le Festival de Marseille a invité au début de l’été ses spectateurs à effectuer des dons de 1 à 3 euros au Carillon et organisé un événement itinérant avec la Cie Rara Woulib. « Une belle fête et un beau moment d’inclusion », résume Sara Gorog, la directrice du Carillon à Marseille. L’inclusion justement reste un principe important ; aux ApéRues qui se tiennent le 22 de chaque mois (dans le quartier du Panier la semaine prochaine) se sont ajoutés des apéros solidaires chaque 11 du mois, dans des établissements différents à chaque fois. Des partenariats sont également montés avec des foyers d’hébergement d’urgence, des acteurs sociaux comme le Secours Populaire, la Croix Rouge et des associations locales.

Au rayon des clochettes, des projets sont en bonne voie. Une chorale bénévole mixant gens de la rue, commerçants et riverains, se retrouve régulièrement à Coco Velten. Un jardin partagé vient de planter ses premières graines. Et un projet de radio associative est en train de se monter… ♦

 

L’article Quand des commerçants tendent la main aux gens de la rue avait été publié le 11 octobre 2018. À lire ou à relire.

Quand des commerçants tendent la main aux gens de la rue…