Fermer

Les projets poussent à la Cité de l’Agri

Par Nathania Cahen

Journaliste

[Au fait !] Depuis 2015, Marion Schnorf se démène pour la Cité de l’Agriculture qu’elle a créée et fait vivre avec son équipe. Centre de réflexion, d’action, d’expérimentation, de documentation et resto, ce lieu encore confidentiel multiplie les initiatives vertes.

Grande nouvelle, le projet de ferme pilote urbaine, avance à grands pas : elle s’appellera le Capricorne, du nom de la rue du 15e arrondissement de Marseille où elle se situe. La réflexion porte actuellement sur le modèle économique, le lien social, les retombées financières, sociales, environnementales… Le bail octroyé par la ville de Marseille pour dix ans est en passe d’être signé et les premiers coups de bêche devraient être donnés au printemps 2020.

 

300 ouvrages spécialisés

La bibliothèque inaugurée cette année s’étoffe et compte désormais quelque 300 ouvrages spécialisés dans des thématiques naturellement très liées à l’alimentation, l’agriculture et l’environnement. À consulter sur place. Des événements et animations autour de ce fonds sont en construction. En revanche, Le Persil, journal maison est mis en jachère pour un temps, car par trop chronophage.

Parmi les événements récents, les 24h de l’agriculture urbaine ont rencontré un beau succès en mai dernier, avec un millier de participants, 70 événements et une cinquantaine de structures impliquées.

Un dossier en particulier tient à cœur l’équipe : participer à résorber la fracture alimentaire. « Certains quartiers de la ville sont de vrais déserts alimentaires, où il est difficile de s’approvisionner en produits frais ou de qualité », explique Louis Roland, chargé de mission à la Cité de l’Agri. Un projet comprenant des cours de cuisine et des colis solidaires se monte avec l’Adème, la Direction régionale de l’alimentation, l’agriculture et la forêt (DRAAF PACA), des centres sociaux, et les Paniers Marseillais. ♦

 

L’article Petits actes pour grands changements avait paru le 16 janvier. Pour le lire ou le relire, c’est par ici.

La Cité de l’agriculture, petits actes pour grands changements