Fermer

Néo-artisans : ils ont quitté leur job pour un métier manuel

Par Marie Le Marois

Journaliste

On a tous autour de nous un ou une amie qui a fait le grand saut pour devenir boulanger ou ébéniste… Les métiers manuels gagnent de plus en plus de personnes issues d’un autre univers. Un impérieux besoin de retrouver l’essence même du mot travail.

Après plus de dix ans dans l’informatique, il était arrivé à son apogée : un poste à responsabilités, un salaire bien payé. Mais voilà, John en a eu marre d’être dans du « blabla », de vendre « du vent ». Il voulait un métier plus humain. Le trentenaire tatoué est devenu fleuriste. « En me réorientant, je recontactais une passion de mon enfance qui me venait de ma grand-mère, collectionneuse de plantes de collection ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite