Fermer

Scop Ti souque ferme

[Au fait !] En dépit de difficultés de trésorerie chroniques, la SCOP fête ses 5 ans avec optimisme et détermination.

La foire de Marseille a été le lieu d’un bilan général, dressé par Olivier Leberquier, président de la société coopérative. Tout d’abord, un bilan humain 100% positif pour les 76 ex-Fralibs restés dans le combat collectif pendant 1336 jours.Tous sont soit salariés chez SCOP TI (42), soit en retraite (24), soit ailleurs pour quelques-uns d’entre eux (10) ayant choisi une autre orientation professionnelle. « Nous avons donc atteint tous les objectifs que nous nous étions fixés collectivement le dernier étant la réembauche de tous les ex-Fralibs qui en avaient émis le souhait ».

Puis un bilan financier dont il n’y a pas à rougir : le chiffre d’affaires aura été multiplié par 10 depuis la reprise de l’activité, passant de 460 000 euros la première année à près de 4 millions à fin 2019 ! Avec des croissances à deux chiffres espérées pour les prochaines années. «Ceci grâce à nos innovations permanentes, à notre dynamisme et à notre motivation sans faille ». Six contrats ont déjà été passés avec plusieurs grandes enseignes de la grande distribution. D’autres appels d’offre en cours devraient générer des marchés supplémentaires.

Par ailleurs, l’évolution des ventes des gammes de thés et d’infusions de la marque 1336 est en progression permanente : 10 tonnes la première année, puis 25, 30, et 34 tonnes. Mais si le taux de pénétration du marché reste exceptionnel pour une marque aussi jeune, il reste insuffisant : « Nous avons une belle marge de progression vue la présence trop faible de nos produits dans certaines régions de France, note Olivier Leberquier. Mais notre situation actuelle reste délicate, pénalisée par une trésorerie serrée. Ce point étant amplifié du fait que les banques nous soutiennent très peu…»

D’où le rôle important joué par la solidarité : la relance cet été de la campagne de socio-financement a été un véritable succès, avec 67 000 euros récoltés depuis début juillet. Sans oublier le précieux soutien de l’Économie Sociale et Solidaire : c’est grâce à Mutuelle France Unie et Mutuelle Entrain que le projet d’acquérir les bâtiments et terrains, propriétés de La Métropole, est en passe d’aboutir. « Cette opération concrétisera l’une des options évoquées dès 2012 : celle de créer sur l’ancien site Fralib un solide pôle de l’ESS », se réjouit le porte-parole de la scop-Ti. ♦

 

An IV de Scop-Ti : pas assez de pétrole mais des idées