Fermer

Marcelle a soufflé sa première bougie (et c’était bien)

Par Nathania Cahen

Journaliste

Marcelle a soufflé sa première bougie (et c’était bien)C’était bien grâce à toutes celles et ceux qui ont fait le sel de cette soirée, sur la scène du Zef ou dans la salle de spectacle. C’était bien parce qu’un vent énergique a soufflé avec constance sans faire bouger les brushings mais en réveillant l’optimisme, les envies, les idées. Il y a eu de l’information, de l’émotion, de la conversation, de l’innovation, et des compositions (musicales).

Un après la naissance de Marcelle, un premier bilan s’imposait, avec ses évidences : des abonnés il y en a, toujours plus, même si un idéal d’autosuffisance à 2 000 abonnés est encore loin. À sa manière, sans précipitation, Marcelle a mis le cap sur cet objectif. D’autres chiffres ? 10 journalistes (et la parité), 300 articles porteurs de solutions et davantage encore d’histoires à venir pour ce nouvel exercice.

 

Parrains et marraine

Marcelle a soufflé sa première bougie (et c’était bien) 1
Sami Chlagou et Olivier Martocq

Mais aussi les 5 mécènes qui parrainent autant de rubriques et permettent toujours plus d’articles en lecture libre. Tous présents, ils ont parlé de leurs projets et de leurs engagements. Tatiana de Williencourt pour le Fonds Épicurien a rappelé la vocation de cette fondation qui a déjà récolté 500 000 euros et soutenu une soixantaine de projets dans le domaine de l’alimentation durable. Sami Chlagou a lancé son entreprise Free Agent en 2012 avec l’idée de récupérer consoles et jeux vintage pour les reconditionner et les revendre ; depuis, sa petite entreprise a lancé une plateforme de jeux en ligne qui compte 350 000 inscrits et créé 4 studios de production de jeux vidéo. Au-delà du succès de ce qui deviendra peut-être une licorne, le jeune chef d’entreprise est venu raconter son histoire personnelle, dans ce quartier voisin de la rue d’Aubagne où il a grandi et rachète des immeubles insalubres pour les consolider et les restaurer. Directeur du FRAC (Fonds Régional d’Art Contemporain) PACA, Pascal neveu a rappelé que ce lieu transversal accompagne 2 000 artistes de la région. Guy Brunel, directeur de la

Marcelle a soufflé sa première bougie (et c’était bien) 2
Guy Brunel (CEA), O. Martocq et J. Carias

communication du CEA Cadarache (60 ans cette année et 5 000 salariés dont un tiers de chercheurs) a énuméré les pistes d’énergies renouvelables aujourd’hui étudiées. Le patron de Tenergie, Nicolas Jeuffrain a investi deux milliards d’euros en 10 ans via son entreprise installée à Meyreuil, qu’il situe désormais à la seconde place des groupes français dans le domaine du photovoltaïque, derrière Engie mais devant Total ou EDF. Il investit également un million d’euros par an dans des projets d’infrastructures dans des pays émergents, via un fonds de dotation. Et le 6e parrain, qui signera au 1er janvier, n’est autre que le MUCEM.

 

Articles à voix haute

Marcelle a soufflé sa première bougie (et c’était bien) 3
Marie Le Marois, journaliste, et Sophie Le Millour

Puis, à notre manière, nous avons écrit quelques articles à voix haute. Des reportages à venir comme celui autour de Sophie Le Millour, sophrologue et créatrice de La Bulle des Émotions qui a expliqué comment fonctionnent ses ateliers pour apprendre aux enfants à identifier et comprendre leurs émotions. Insistant sur le fait que les cerner permet de mieux se comprendre et mieux comprendre les autres. Elle a déjà formé 100 sophrologues sur cette méthode indispensable au vivre ensemble. Reportage dans Marcelle à venir. Pierre-Charles Marais, lui, est venu nous dessiner la maison idéale. Membre de Regain, la coordination de l’Habitat Participatif Paca, elle prend la forme d’un habitat collectif, pensé par et pour les habitants. Un beau projet du vivre-ensemble, qui pourrait aussi donner un nouveau souffle à certains immeubles vétustes de l’hyper centre marseillais, comme nous vous l’expliquerons bientôt.

Marcelle a soufflé sa première bougie (et c’était bien) 4
Pierre-Charles Marais et Guylaine Idoux, journaliste

À venir également, le FabLab numérique qui vient d’ouvrir au pied d’un immeuble de la cité des Flamants à l’initiative de l’association PSN 13 – Pas Sans Nous -, présidée par Fatima Mostefaoui. Un projet parti des quartiers en 2016 qui a séduit au plus haut niveau, au point d’obtenir le label « Grande École du Numérique » avant même son ouverture.

Nous avons aussi évoqué l’actualité d’articles passés, notamment la situation de Scop Ti, toujours debout cinq ans après sa création.

Marcelle a soufflé sa première bougie (et c’était bien) 9
Antoine Dreyfus, journaliste, Marc Reverchon (La Méridionale) et J. Carias

Et « ça va », a souri Olivier Leberquier, ex-syndicaliste devenu patron de cette société née de la lutte des ex-Fralib pour reprendre leur usine de Gémenos à Unilever. « Le pari humain est réussi, nous avons conservé 42 employés, ceux qui ne sont plus là sont partis à la retraite ou vers d’autres projets professionnels et personnels », a-t-il précisé. De son côté, Marc Reverchon, le directeur de la Méridionale, a exposé les différentes mesures mises en place par sa compagnie de navigation pour limiter les pollutions dénoncées de toutes parts.

 

Une assemblée de passeurs

Marcelle a soufflé sa première bougie (et c’était bien) 5
Bruno Vincent (Les Passeurs), Nathania Cahen, journaliste, Vincent Truel (La Portée de tous)

À l’image des Passeurs de Piano venus d’Avignon avec un piano qui a été offert au ZEF ! L’idée est des plus belles : récupérer les pianos inutilisés (pour les passer à des musiciens ou structures sans les moyens de s’offrir cet instrument) et inutilisables (recycler les matériaux). Seul hic : l’association non seulement croule sous les pianos qu’on lui donne (plus d’une centaine en attente) et doit en plus libérer le hangar où ils sont entreposés. Donc un grand avis à la population est lancé : il faut un entrepôt pour les instruments, n’importe où en Provence !

Marcelle a soufflé sa première bougie (et c’était bien) 6
Sarah et Adam

Des pianos réaccordés sont notamment confiés aux élèves de La Portée de tous. Vincent Truelle, à l’origine de cette autre association d’Avignon, est un prof de piano génial qui initie à l’art du clavier des enfants et ados des quartiers prioritaires. Sarah, 12 ans, et Adam, 7 ans, nous ont ravis avec leur démonstration talentueuse et naturelle. C’était leur premier récital public sur la scène d’un grand théâtre. Émotion.

 

Les prix de Marcelle

On l’avait annoncé, et on l’a fait. Notre comité de sages, Eurêka a remis son prix (thématique solidarité) à Maison Lazare, une association qui œuvre pour la cohabitation d’anciens SDF et de jeunes actifs : une invitation au restaurant car Pépé n’a jamais eu l’occasion de s’attabler dans un tel lieu. Un grand merci à La Cantinetta et à Pierre-Antoine Denis qui ont offert le prix.

Marcelle a soufflé sa première bougie (et c’était bien) 7
Solène Lespitalié et Tatiana de Williencourt

Le 2e trophée de la soirée (thématique alimentation durable-agriculture) a été remis aux Jardins de Solène. Le vote des abonnés a choisi ce projet qui permet à la fois de conditionner les légumes mal calibrés, mais en les achetant au juste prix aux producteurs, et de donner un travail normal à des personnes en situation de handicap. Solène Espitalié était venue de Pernes-les-Fontaines pour recevoir le chèque de 500 euros remis par le Fonds Épicurien.

Il faudrait encore évoquer la présence d’Éric Charay, dont l’émission qu’il anime sur France 3, Ensemble c’est mieux, fait écho à Marcelle. D’où des chroniques régulières de nos journalistes sur son plateau. Et la visite surprise d’Olivier de Lagarde, confrère de Radio France et président du Press Club de France, venu témoigner sa sympathie à notre média de solutions.

C’était vraiment bien. On est déjà nostalgique des sourires, des conversations, des verres partagés ensuite, de la générosité de toutes celles et ceux qui ont donné un coup de main et contribué à faire de cette soirée un fort bon moment. Prochain rendez-vous dans quelques mois, à la Saint Marcel.le pourquoi pas !  ♦

Photos Jean-Pierre Vallorani –

Marcelle a soufflé sa première bougie (et c’était bien) 8