Fermer

No pasara le gaspillage alimentaire

Photo Oui! Greens

Le 16 octobre 2019, c’était la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire. L’occasion de lancer officiellement le Réseau régional de lutte contre les pertes et le gaspillage alimentaire en Provence-Alpes-Côte d’Azur (avec la direction régionale de l’ADEME, la DRAAF Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur). Les objectifs coulent de source : mobiliser l’intelligence collective de l’ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire dans la région (producteurs, transformateurs, distributeurs et consommateurs) pour permettre l’émergence de projets ambitieux de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Des actions exemplaires ont déjà émergé et peuvent être dupliquées. Comme l’EHPAD de Notre Dame du Bourg à Digne-les-Bains, qui a mis en place une politique interne anti-gaspillage avec l’appui de l’association GESPER. Ou celle de la startup niçoise Oui !Greens avec son application Pepino qui met en relation vendeurs et acheteurs en fonction de la nature de la marchandise (un algorithme se charge d’envoyer une alerte aux acheteurs inscrits sur l’appli en fonction de leurs critères). Mais aussi celle de la communauté de communes Cœur du Var, lauréate de l’appel à projet gouvernemental « Zéro déchet, zéro gaspillage » depuis 2015. Il y a aussi la communauté de communes de Serre-Ponçon dans les Hautes-Alpes et son action de lutte contre le gaspillage alimentaire en restauration scolaire, en lien avec la cuisine centrale de l’hôpital d’Embrun. Une dernière illustration avec les primeurs de la Crau – Coopérative de Rougeline qui s’appliquent au quotidien à ne pas gaspiller.

 

  • Pour rappel : chaque année en France, près de 10 millions de tonnes de nourriture consommable sont gaspillées, l’équivalent de 150 kg/hab/an. Dans les ordures ménagères et assimilées, on trouve l’équivalent de 20 kg/hab/an de déchets alimentaires, dont 7kg de produits alimentaires encore emballés (source Ademe). La France, au travers du Pacte national, s’est engagée à réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2025. Pour y arriver, tous les acteurs doivent être mobilisés, du champ à l’assiette : les producteurs, les industries agroalimentaires, la distribution, la restauration collective et commerciale et les consommateurs. ♦