Fermer

À Avignon, les cités vont piano

Par Nathania Cahen

Journaliste

Sur scène lors de la soirée anniversaire de Marcelle, deux jeunes Avignonnais au piano avaient enchanté le public. Ils ont fait leurs gammes grâce à « La portée de tous », une association qui donne des cours dans les faubourgs populaires de la Cité des Papes.

 

Le piano adoucit la vie de quartier 1Centre social de La Barbière, ce lundi. Dans une salle moderne, un piano droit Yamaha. « Un don d’un particulier qui a même payé le déménagement ! Il ne roulait pourtant pas sur l’or », commente avec reconnaissance Vincent Truel, prof de piano. À 16h30, Fatima, 8 ans, s’engouffre dans la pièce, petite boule de nerfs exaspérée car les gâteaux de son goûter ne lui plaisent pas. Elle a démarré en septembre. Dans sa famille, personne ne joue d’un instrument, mais sa mère a tenu à l’inscrire. Elle s’installe au clavier, joue Au Clair de la Lune avec un doigt puis trois, observant puis reproduisant le jeu de la main de son guide. Pas facile de se concentrer après une journée d’école. Ses jambes pédalent sous la chaise. Mais Vincent Truel semble un bloc de patience. Il nous expliquera qu’il dose, s’efforce d’être ferme et souple à la fois : « Je les questionne sur l’école, leurs loisirs, c’est un contact privilégié ces 30 minutes en tête à tête. J’essaye de trouver une juste distance, peut-être parce j’ai souffert de profs trop fusionnels ! Ne pas être un éducateur ni un psy, juste bienveillant. »

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite