Fermer

Il est comment ton microbiote ?

Par Marie Le Marois

Journaliste

Le microbiote intestinal n’en finit pas de révolutionner le monde médical et la prise en charge des patients. Loin d’être pathogène avec ses deux kilos de bactéries nichées dans nos intestins, il jouerait un rôle majeur dans notre bien-être. Le Dr Guillaume Fond estime même qu’il gouverne avec notre cerveau. Avec sa double casquette en psychiatrie et immunologie, il nous explique tout sur ce bouillon de culture : sa fonction, son lien avec les maladies psychiques, son traitement pour le rééquilibrer. Il nous parle également d’un projet de médicaments élaborés à partir de selles saines. Ce psychiatre-enseignant-chercheur-auteur me reçoit dans le laboratoire de Santé Publique à la Faculté de médecine Timone. Décontracté et verbe clair.

 

Il est comment toi, ton microbiote ? 2
Dr Guillaume Fond, enseignant-chercheur spécialiste du lien microbiote et santé mentale

Qu’est-ce le microbiote intestinal ?

« C’est un ensemble de micro-organismes constitué de bactéries, virus, parasites champignons non pathogènes qui tapissent nos intestins tel un écosystème. Les microbes les plus étudiés sont les bactéries car elles aident notre organisme à fonctionner. Elles interviennent sur la digestion des aliments, l’absorption des nutriments et des vitamines. Elles participent également à nos défenses immunitaires en protégeant la barrière de nos intestins. Enfin, elles aident notre organisme à se défendre contre les bactéries agressives qu’on ingère. On a découvert ces dernières années qu’elles agissaient également sur le cerveau et son beau fonctionnement : une perturbation du microbiote peut entraîner celle du système nerveux central. Il existe ainsi un lien entre microbiote et certaines maladies neurodégénératives (Parkinson et Alzheimer), mais aussi avec les maladies psychiques (dépression, bipolarité, autisme, schizophrénie..)

Comment interagissent microbiote et cerveau ?

« Par plusieurs voies : les fibres nerveuses de la paroi intestinale qui sont en relation continuelle avec le système nerveux central, l’intestin lui-même (s’il devient perméable, il peut laisser passer des agents pathogènes dans le corps qui peuvent perturber le cerveau) et d’autres connexions dont l’axe du stress : plus le cortisol (hormone du stress) est élevé, plus la perméabilité de l’intestin l’est également. Mais si le microbiote a un impact sur le stress et l’anxiété, l’inverse est également vrai. Car intestins et cerveau interagissent en permanence dans les deux sens. Ainsi, on retrouve une perturbation du microbiote chez les adultes souffrant d’une dépression majeure et, inversement, les personnes qui souffrent du syndrome de l’intestin irritable sont plus sujets à la dépression et à l’anxiété que les autres ».

Il est comment toi, ton microbiote ? 3
Rôles du microbiote intestinal : il protège contre des pathogènes, synthétise des vitamines, participe au développement et à la maturation du système immunitaire, promeut l’angiogenèse, participe à la prise de poids, fermente les fibres en AGCC (Acides Gras à Chaînes Courtes), module le SNC (Système Nerveux Central). @Archives of Disease in Childhood – Education and Practice

Comment se forme le microbiote ?

« Le microbiote se forme durant les trois premières années de la vie. Sa première colonisation s’effectue à la naissance, au contact du microbiote vaginal de la mère pour les accouchements par voie basse. Ou par le microbiote cutané du personnel médical dans la salle d’accouchement dans les cas de césarienne. Mais le premier reste celui qui protège le mieux le bébé, au point qu’en cas de césarienne, de plus en plus de maternités anglo-saxonnes badigeonnent le nez et la bouche du bébé avec des compresses imbibées du microbiote vaginal de la mère. Ensuite, le microbiote s’enrichit avec le lait maternel si la mère est en bonne santé. Enfin, la diversification alimentaire, indispensable dès le sevrage de l’enfant, crée la diversité du microbiote. Chaque individu a un microbiote qui lui est propre et qui reste plutôt stable jusqu’à un âge avancé où il s’affaiblit, sans que ce soit pathologique. Néanmoins, il pourrait avoir un lien avec les maladies neurodégénératives et notamment Alzheimer ».

Comment notre microbiote peut-il être fragilisé ?

« Les antibiotiques mais aussi une mauvaise alimentation peuvent entraîner une inflammation des intestins : des mauvaises bactéries prennent la place de celles qui ont disparu. On parle alors de perturbation qualitative : le microbiote est moins diversifié (plus il est diversifié, plus il est fonctionnel). Ou quantitative : il y a une réduction du nombre total de bactéries. Mais nous n’avons pas encore de critères objectifs pour dire si un microbiote est sain ou pathologique. Nous avons en revanche des indices pour définir si sa biodiversité est faible ou pas ».

Il est comment toi, ton microbiote ? 4
@Muséum d’histoire naturelle de Toulouse

Comment rééquilibrer un microbiote ?

« Je recommande d’ingérer des aliments sains et diversifiés. Cette approche, qui s’appelle la psychonutrition ou la neuronutrition – pour rappeler l’influence de la nutrition sur nos neurones -, vise à nourrir notre cerveau sainement. En pratique, les recommandations sont les mêmes que pour le cancer. Car les facteurs de risque pour la dépression le sont également pour le cancer. Je recommande donc de bannir la ‘’Junk Food’’ et les aliments transformés (édulcorants, additifs alimentaires, sucres cachés, graisses hydrogénées qui déclenchent des inflammations). Et je préconise légumes verts à volonté et fruits de saison, si possible bio, ainsi que des huiles riches en oméga 3 (huile d’olive, lin, colza…) Une bonne nutrition peut rééquilibrer un microbiote pertubé en seulement deux semaines. Le microbiote est super réactif : il est souple et capable de s’adapter à l’environnement, raison pour laquelle je parle de la résilience du microbiote ».

Que prescrivez-vous à vos patients souffrant de dépression ?

« Des compléments alimentaires pour combler les carences en vitamine D et des Oméga 3 dont les propriétés sont anti-inflammatoires (Ndlr : une inflammation intestinale peut avoir un impact sur la dépression). Les Oméga 3 fluidifient également les membranes des neurones. Et, comme ces patients souffrent d’un déficit de sérotonine (neurotransmetteur du cerveau qui intervient dans l’humeur), il peut être utile de prescrire des vitamines B9, enzyme qui facilite la synthèse de la sérotonine. Ces trois compléments alimentaires ont démontré leur efficacité dans le traitement de dépression sévère. Je préconise de modifier l’alimentation dès que possible mais souvent dans un second temps car la plupart des patients sont attachés à leur alimentation, un peu comme à des béquilles, et changer leurs habitudes tout de suite peut être difficile ».

Il est comment toi, ton microbiote ? 5
Escherichia coli, une des nombreuses espèces de bactéries présente dans la flore intestinale. @Rocky Mountain Laboratories, NIAID, NIH

Et les probiotiques ?

« Des études scientifiques ont démontré leur efficacité sur l’anxiété et la dépression. Fabriqués à partir de micro-organismes, ces compléments aident à réparer l’équilibre intestinal. Mais je les prescris en deuxième recours parce qu’ils sont parfois chers et non remboursés. Dans certains cas, il pourrait être plus efficace de prendre des probiotiques que des antidépresseurs. Mais attention : toute personne en dépression n’a pas forcément de problème de microbiote, certaines personnes en dépression ne répondent pas aux probiotiques et il ne faut pas arrêter les antidépresseurs sans l’avis du médecin. Concernant les souches de probiotiques, nous ne sommes pas en mesure de dire lesquelles sont les meilleures. Je conseille de faire une cure d’un mois et d’observer les effets, et de changer de souches si les effets ne sont pas satisfaisants ».

Votre recherche porte notamment sur la greffe de microbiote, de quoi s’agit il ?

« Les bactéries saines délogées laissent la place aux mauvaises bactéries. L’idée est alors de nettoyer les intestins des mauvaises bactéries et de les recoloniser avec des bonnes. Notre projet est de créer des gélules concentrées en bactéries vivantes, obtenues à partir de selles filtrées de donneur sain. Au préalable, le patient doit avoir purgé ses intestins et être à jeun depuis 24 heures. Nous devrions pouvoir commencer des essais cliniques sur 15 patients souffrant de dépression ou de schizophrénie, en 2020 ». ♦

 

La data au secours de la biodiversité 7 Le CEA Cadarache parraine la rubrique « Recherche» et vous offre la lecture de cet article dans son intégralité *

 

Bonus [pour les abonnés] : Comment Guillaume Fond est devenu le spécialiste du lien microbiote et troubles psychiques – Son actualité – De quand date la révolution du microbiote – L’échelle de Bristol…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite