Fermer

Des mots pour soigner les maux des cités

Par Antoine Dreyfus

Journaliste

Photo Christophe Negrel

Fonctionnaire de police au centre-ville de Marseille, Ismaël Cousin organise des « Dictées pour tous » dans les cités. Une idée qui vient de la Seine-Saint-Denis, et qui réunit autour du participe passé des minots et des mamies, dans une atmosphère bon enfant. La langue française, comme facteur d’intégration. Une idée à soutenir et à multiplier.

 

Des mots pour soigner les maux des cités
Photo Nicolas Prosperini

Lorsqu’on s’est donné rendez-vous au Café de la Banque, près de la Préfecture, je ne l’ai pas tout de suite reconnu. Je l’avais vu en photo, sûr de lui, devant des centaines de personnes, micro à la main. Mais là, Ismaël Cousin est grand, très grand (la taille des basketteurs) et presque timide. Sur les photos, il est souvent en tee-shirt noir floqué de slogans. Là, ce jour frisquet de janvier, il porte une parka épaisse et un pull beige. La poignée de main est chaleureuse. Il s’assoit, commande une boisson chaude et commence à raconter son histoire, qui contient celle de la Dictée pour tous.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite