Fermer

« Des micro forêts urbaines pour lutter contre les îlots de chaleur »

Par Marie Le Marois

Journaliste

[Aux urnes] #6 Éric Mullard, 62 ans, technicien agricole et professionnel du paysage à la retraite, membre du collectif Laisse Béton qui se bat pour préserver le patrimoine paysager, naturel, historique, architectural et culturel de Marseille.

 

eric-mullard-laisse-beton-marseilleSon état des lieux : « C’est une catastrophe. Au niveau des parcs et jardins, 1 000 hectares dont des espaces boisés classés sont menacés. Le cas du parc Longchamp avec le projet de parking ou du parc de la Mathilde avec le futur boulevard Urbain Sud. Dans la prise en compte du patrimoine historique, culturel et architectural, c’est également une catastrophe : les bastides disparaissent en masse, les vestiges du jardin de la Corderie n’ont pas été préservés, une partie du site de la Villa Gaby va être emputée par un projet immobilier, idem pour la Cité Radieuse… Je ne parle même pas de la place Jean Jaurès, la Plaine, avec la moitié de ses arbres arrachés ou du Vieux-Port devenu minéral (où sont les 450 arbres promis sur la Canebière ?). Cette bétonisation hallucinante va à l’encontre de ce qui se fait dans les autres grandes villes. Enfin, les concertations citoyennes ne sont pas respectées. Pour l’enquête publique du PLUi, il a fallu que nous enfoncions les portes pour être écoutés. Mais bien sûr, nous n’avons pas été entendus alors que nous avons plein d’idées d’aménagements ».

 

Ses 100 premiers jours à la mairie : « Je stopperai tous les projets immobiliers qui ne correspondent pas à la loi Alur (un pourcentage minima de surface écoaménageable est exigé pour tout programme) et inclurai les citoyens dans toutes les décisions.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite