Fermer

La musique classique à la portée des enfants des quartiers défavorisés

Par Isabelle Guardiola

Journaliste

À travers le dispositif Démos, des enfants vivant dans des quartiers défavorisés découvrent la musique classique. Et s’initient même à un instrument. Cet outil socio-éducatif bien pensé repose sur la complémentarité des rôles sociaux et artistiques. Porté par la Philharmonie de Paris, il se déploie à travers la France.

 

Une belle salle de la Philharmonie de Paris, un jour de vacances scolaires. Une centaine d’enfants s’installent à leur pupitre devant leur partition, accordent leur violon, vérifient leur embouchure de cor ou la fixation du bec de leur clarinette, pincent leur archer de violoncelle… La répétition en orchestre a commencé ce matin et juste avant de reprendre, cet après-midi, les petits musiciens ont bénéficié avec Stéphane Mingasson, hautboïste à Démos (Dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale), d’un temps de méditation et relaxation. Il s’agit d’un des aspects de la pédagogie « orale et collective » de Démos, qui mêle pratique instrumentale, chant et danse. L’objectif étant de faire découvrir la musique classique à des enfants de 7 à 12 ans, vivant dans des quartiers relevant de la politique de la ville (QVP) ou dans des zones de revitalisation rurale (ZRR), territoires éloignés des lieux institutionnels culturels.

orchestre-demos-grand-paris
Orchestre Démos Grand Paris Sud © Ava du Parc, pour J’Adore ce que vous faîtes

Des cycles de 3 ans

Chaque enfant suit un cycle de trois ans au sein de Démos. Ils n’ont jamais pratiqué la musique et participent pourtant à des cours collectifs de 3h30 par semaine. Répartis en petits groupes de 15, ils sont encadrés par deux musiciens engagés par le dispositif. Ainsi que par un « référent social », animateur ou éducateur d’une structure sociale fréquentée habituellement par les enfants et leurs familles. C’est elle – maison des jeunes ou de quartier, centre d’animation mais aussi Aide sociale à l’enfance ou assistantes sociales…) – qui « recrute » les enfants et met à disposition salle et personnel. Trois critères déterminent ce choix : le lieu d’habitation, l’âge et la motivation.

Les équipes Démos sont complétées – selon les ensembles – par un référent pédagogique, un chargé de développement social, un coordinateur, un chargé de production et d’intervenants en danse et en chant (bonus). Toutes les six semaines environ, l’ensemble des groupes du territoire se retrouvent pour une répétition en orchestre (tutti) dirigée par un chef professionnel. En fin d’année, un concert est organisé dans un lieu emblématique du territoire (grande salle Pierre Boulez à la Philharmonie, Cité de la musique, auditorium de l’Opéra de Bordeaux…).

concert-musique-classique-enfant
Concert des orchestres Démos Bordeaux Métropole Gironde, Mulhouse, en Beauvaisis et de l’orchestre Démos Philharmonie de Paris avec Marc Minkowski © Claire Gaby pour J’adore ce que vous faites

Pédagogie innovante collective

Rompant avec les codes classiques des conservatoires, les pédagogues immergent les enfants dans un bain musical où ils découvrent progressivement partitions, solfège et instruments. « Tout passe par l’oral et l’écoute », précise Benjamin Ducasse, référent pédagogique de l’orchestre Démos Val d’Oise, en insistant sur la dimension collective de l’apprentissage. « Au départ, nous faisons chanter et danser les enfants ensemble, pour maîtriser leur voix, s’écouter soi et les autres, comprendre les hauteurs de son et les nuances, prendre la mesure du groupe et de l’espace. Puis nous leur confions leur instrument (1), leur apprenons au fur et à mesure la bonne posture corporelle, à placer les doigts, à émettre un son sur une corde… Et ce, toujours, par le jeu du professeur qui montre ».

Cette méthode pédagogique a séduit Marie Bonnin, contrebassiste et intervenante Démos, formée au conservatoire et qui jusque-là, boudait l’enseignement. « L’approche collective nous conduit sans cesse à nous questionner, nous offre la richesse de pouvoir faire jouer les enfants en duo ou en trio. Cette liberté pédagogique m’a énormément plu et permis d’aborder l’enseignement traditionnel de façon plus apaisée et en introduisant des méthodes apprises ». Les intervenants bénéficient ainsi de formations régulières : polyphonie russe, body clap africain, passer de l’oralité à l’écriture…

concert-musique-classique-demos
Concert des orchestres Démos Nord Réunion, des Yvelines, Marne et Gondoire et Brest métropole à la Philharmonie de Paris © Julien Mignot pour J’adore ce que vous faites

Un outil social

Les enfants répétant aujourd’hui sont en 2e année de cycle et grâce à des cours soutenus et réguliers, le résultat est déjà impressionnant. « Léa ne lâche plus son violon », témoigne sa mère, venue accompagner sa fille et appréciant la beauté du lieu et la rencontre avec d’autres familles. « À la maison, nous ne faisons pas de musique mais écoutons à présent plus de classique. Tout se construit simplement, sans contrainte, puisque le travail à la maison est suggéré – sur un mode ludique – mais non obligatoire ». 

La force des orchestres Démos repose sur la complémentarité des rôles musicaux et sociaux. Autrement dit, entre artistes et éducateurs. Ces derniers apprennent la musique avec les enfants et, en tutti, référents, musiciens et enfants jouent côte à côte. « La musique est une médiation, un langage commun entre artistes et éducateurs », commente Laetitia Giraud, chargée de développement social. « Pour

La musique classique à la portée des enfants des quartiers défavorisés 3
Orchestre Démos de Paris © Ava du Parc pour J’adore ce que vous faîtes

apprendre la musique aux jeunes mais aussi à vivre en groupe, à mûrir, à faire orchestre en somme ». Et Marie Bonnin d’ajouter : « Nous avons des référents terrain extraordinaires qui sont de vrais éducateurs, des professionnels de l’animation, impliqués depuis le début des cycles et sur lesquels nous pouvons vraiment nous appuyer. Lorsqu’ils sont ainsi présents, cela fait toute la différence. Les chefs d’orchestre Démos sont aussi de très haut niveau et très investis auprès des enfants. Tout cela confère aux ensembles de vrais atouts qualitatifs ».

L’objectif de Démos – qui fête ses 10 ans en 2020 – est d’atteindre 60 orchestres d’ici 2022. « Au-delà, nous aurons atteint les limites du modèle », estime Gilles Delebarre, directeur délégué à Démos. « Mais nous aimerions voir d’autres opérateurs s’en inspirer pour des initiatives analogues ». L’appel est donc lancé. ♦

(1) Prêté à l’enfant pendant la durée du cycle

* Le La Villa Médicis de Cassis parraine la rubrique « Culture » et vous offre la lecture de cet article *

 

Bonus [Pour les abonnés] – Démos et Lieux Publics à Marseille – Démos et ses 43 orchestres –

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite