Fermer

Marcelle sur le pont

Par Nathania Cahen

Journaliste

Aujourd’hui plus que jamais, Marcelle entend être un journal de solutions. Mériter son ADN, à savoir repérer, rapporter et partager des initiatives et expériences qui impactent positivement notre société, accompagnent son évolution.

Pris au dépourvu comme vous tous, nous avons dû revoir en urgence notre planning. Des sujets comme les ateliers de danse en Ehpad, les groupes de parole pour des jeunes addicts à la drogue, ou les spectacles qui font sens ont soudain perdu leur sel et leur intérêt, gommés par la situation sanitaire liée à la pandémie de Covid 19 et les mesures à prendre en urgence. Écrasés par ce mot qui étouffe tout : confinement.

L’idée n’est pas de verser dans le catastrophisme mais d’être en phase avec cette actualité extra-ordinaire. L’article du jour revient sur l’épidémie qui sévit et les recherches en cours. Mais c’est pour mieux passer dès demain à des sujets plus pratiques, plus utiles, plus réconfortants. Des témoignages et des reportages sur la philosophie et les moyens déployés par les uns et les autres – chefs d’entreprise, parents, soignants, autoentrepreneurs, personnes âgées… Comment surmonter le désarroi ? Poursuivre son activité ? Faire jouer les solidarités ? Organiser cette parenthèse anxiogène ? Comment nos voisins italiens ont-ils fait ? Nous comptons bien sûr sur vous pour raconter vos expériences, relayer vos idées et initiatives. ♦