Fermer

S’inspirer de la solidarité italienne

Ils résistent, dans le bon sens du terme. Les Italiens improvisent, mettent en place des solutions pour se soutenir mutuellement, battre en brèche la morosité ambiante. Ils font preuve d’imagination et de générosité. Un exemple à suivre. Une liste de bonnes pratiques qui ne peut que s’allonger.

 

La solidarité

C’est d’abord Vatican News qui donne le ton, soulignant le civisme et la discipline de son peuple. « Les Romains, traditionnellement peu enclin à la discipline, respectent depuis plusieurs jours, avec beaucoup de civisme et d’humilité, ces mesures drastiques qui impliquent de profonds changements de vie. La Ville éternelle, habituellement bruyante, grouillante de touristes, débordante de vie revêt un habit de silence. Un silence qui est loin d’être mortifère car le peuple italien, qui a connu les guerres, la famine, les épidémies, les tremblements de terre, les années de plomb, fait preuve d’une grande ténacité et d’une formidable capacité à faire face à l’adversité et à s’adapter, “l’arte di arrangiarsi” (l’art de se débrouiller) ».

 

La musique pour se retrouver

Dans L’Obs, un article explique comment, Dans le pays le plus touché d’Europe, devenu le laboratoire du combat contre le Covid-19, la population résiste, innove et fait preuve d’un civisme exemplaire. Ce sont d’abord des concerts improvisés à grande échelle. « À la suite d’un appel sur les réseaux sociaux, ils ont été nombreux vendredi dernier à 18 heures à sortir leurs instruments de musique et à chanter à leur fenêtre ou sur leur balcon. L’objectif était que « pendant quelques minutes, (le) pays ne soit qu’un immense concert ». On pouvait entendre l’hymne national Fratelli d’Italia autant que de la variété des années 1990. Sur les réseaux sociaux, rendez-vous est déjà pris pour samedi, même heure même balcon. Et ce devrait être « Azzurro » d’Adriano Celentano qui devrait descendre des fenêtres des villes italiennes. »

 

Les dons solidaires de toutes parts

Sur le site de France 24, on peut lire qu’après le club de football lombard de l’AC Milan qui a annoncé faire don de 250 000 euros à l’agence régionale d’urgence sanitaire de Lombardie, lundi, et un don de 40 000 euros effectué par des ultras du club Atalanta de Bergame pour l’hôpital de leur ville, le styliste italien Giorgio Armani a lui aussi annoncé avoir donné 1,25 million d’euros à quatre hôpitaux. Des hôpitaux exsangues face à l’ampleur de la pandémie. « Ils n’arrêtent jamais, ce sont des héros », achève Elena Ghezzi, habitante de Bergame (Lombardie) évoquant les personnels de santé mobilisés en masse pour soigner les plus de 10 000 cas confirmés de coronavirus. « Un médecin est mort aujourd’hui. Nous devons nous montrer responsables par respect pour leur sacrifice. »

 

Les entreprises sur le pont

Citons enfin cette PME piémontaise qui a en urgence converti son activité pour fabriquer des masques de protection. Courrier International précise que « depuis jeudi 12 mars, Miroglio a donc lancé la fabrication des masques chirurgicaux en coton hydrofuge et élasthanne, et mobilisé tout l’appareil de production de ses fournisseurs à cet effet.

L’entreprise annonce pouvoir produire “600 000 masques en deux semaines, l’équivalent de 6 millions d’utilisations potentielles”, indique Affariitaliani. Car ces masques sont lavables. Cette première fournée est intégralement prise en charge, financièrement, par le principal actionnaire et président du groupe, Guiseppe Miroglio ». ♦

 

* Tempo One parraine la rubrique « Solidarité » et vous offre la lecture de cet article dans son intégralité *