Fermer

Don de sang : belle mobilisation, continuez !

Par Agathe Perrier

Journaliste

Depuis deux semaines, la mobilisation pour les dons du sang est exceptionnelle. La preuve à Marseille, où les plannings de collecte sont complets jusqu’à la mi-avril ! Une bonne nouvelle et un geste solidaire à faire perdurer, aussi bien pendant le confinement qu’après.

 

S’il y a bien deux messages que l’on doit appliquer à la lettre en cette période de confinement, c’est « Restez chez vous » et « Continuez à donner votre sang ». L’équipe de Marcelle compte quelques donneurs réguliers. Marie s’est par exemple mobilisée dès la semaine dernière et nous a fait part de son expérience : « La fréquentation est en hausse. Les donneurs habituels et occasionnels rappliquent, y compris des nouveaux ». Ce que confirme Maud Bergeon, chargée de communication à l’Établissement Français du Sang (EFS). « On a enregistré une très belle mobilisation de tous les citoyens. On ne s’attendait pas à avoir autant de monde », confie-t-elle, pleine d’enthousiasme.

Les Marseillais – et les Français de façon générale – ont en effet largement répondu à l’appel lancé le 18 mars dernier par le professeur Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, les incitant à aller donner leur sang. « Le besoin est constant. La collecte ne peut être interrompue durant la période de confinement », a-t-il alerté. Tant et si bien que lorsque Nathania a souhaité prendre rendez-vous à son tour en ce 23 mars, la première date proposée était le… 9 avril ! La Maison du Don de Marseille accueille pourtant chaque jour 60 personnes, tous prélèvements confondus (sang, plasma, plaquettes). « Nos plannings sont chargés et ont été pris d’assaut », confirme Maud Bergeon. Nécessitant une réorganisation en interne afin d’assurer la protection du personnel ainsi que des donneurs.

maison-don-marseille
La Maison du Don de Marseille, rue de la République © DR
Une organisation chamboulée

La « grande nouveauté » pour le don du sang dans cette période de confinement, c’est la prise de rendez-vous. D’ordinaire, on peut venir de façon spontanée, aussi bien à la Maison du Don que lors des collectes mobiles (bonus). La forte mobilisation de cette dernière semaine a entraîné la mise en place de créneaux. « Cela nous permet de gérer le flux de donneurs. C’est indispensable pour accepter tout le monde en respectant en parallèle les mesures de protection nécessaires », souligne Maud Bergeon. Marie témoigne : « Un vigile extérieur vérifie que l’on a bien rendez-vous et nous laisse passer au compte-goutte. On doit se laver les mains en arrivant et respecter un mètre de distance entre chacun ». Pour l’occasion, le matériel que touche le donneur est exceptionnellement à usage unique. Comme le stylo pour remplir les documents ou les balles à presser au cours du prélèvement.

 

don-de-sang-coronavirus
À la Maison du Don de Marseille les donneurs affluent même pendant le confinement © DR
Un acte à réitérer absolument

« Les stocks sont bons actuellement grâce à cet appel et aux dons qui ont suivi », assure Maud Bergeon. La difficulté va ensuite consister à maintenir la mobilisation citoyenne. Il faut en effet des dons en permanence car les poches de globules rouges prélevées ne se conservent que 42 jours et seulement sept pour les plaquettes. « On invite les donneurs à venir ou revenir plus tard pendant tout le confinement », insiste la chargée de communication.

La période post-confinement inquiète déjà le personnel. Si les besoins en sang sont moindres en ce moment – baisse des accidents liés à la réduction des déplacements couplée à la déprogrammation des interventions chirurgicales non essentielles –, ils seront de nouveau importants une fois la vie normale de retour. Et les dons risquent de manquer : « Les gens vont reprendre leur rythme et n’auront plus forcément le temps de revenir », sait pertinemment Maud Bergeon. D’où la nécessité de donner, ponctuellement ou régulièrement, tout au long de l’année. Et comme le rappelle l’EFS : cela ne demande qu’une heure (bonus) et permet de sauver trois vies. ♦

 

Bonus
  • Le planning des prochaines collectes est à retrouver sur le site de l’EFS en cliquant ici. Vous y trouverez les coordonnées des différentes Maisons du Don pour prendre rendez-vous (obligatoire pendant le confinement) ainsi que les dates des collectes mobiles. Attention : il faut impérativement être muni de l’attestation officielle ou une déclaration sur l’honneur indiquant que vous allez donner votre sang, au motif de l’assistance aux personnes vulnérables, pour ne pas être verbalisé en cas de contrôle de police dans la rue.

don-sang-marseille-collecte

  • Les critères d’éligibilité au don de sang : avoir entre 18 et 70 ans et peser au minimum 50 kilos. D’autres critères doivent être respectés et s’apprécient au cas par cas via un questionnaire et un entretien préalable au don. Vous pouvez d’ailleurs en faire un en ligne afin d’avoir une première idée, en cliquant ici.

 

  • Bon à savoir : Le prélèvement dure de 8 à 10 minutes. Si l’on ajoute le temps de l’entretien préalable, puis le temps de repos et de collation qui suit le prélèvement, le don de sang prend environ 45 minutes. Les donneurs de groupe O négatif (O-) sont particulièrement recherchés car leurs globules rouges sont universellement compatibles. Mais les donneurs de tout groupe sanguin sont évidemment les bienvenus.

 

  • Évolution de la politique du don du sang : à partir de ce 2 avril 2020, les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes ne devront plus attendre que quatre mois – contre 12 jusqu’à présent – après leur dernière relation sexuelle pour donner leur sang. Pour rappel, les personnes homosexuelles sont autorisées à donner leur sang en France seulement depuis le 10 juillet 2016.

 

  • Comment est utilisé le sang donné ?

    > Les globules rouges sont essentiellement utilisés en hématologie (maladies du sang) et en cancérologie. Ils sont aussi indispensables en cas d’hémorragie (opération chirurgicale, traumatologie, accouchement).

    > La transfusion de plaquettes permet d’éviter les risques d’hémorragie mettant en jeu la vie des malades atteints de leucémie ou de cancer. Elle est également nécessaire en cas d’hémorragie massive, où elle est associée à une transfusion de globules rouges et de plasma.

    > Le plasma, sous sa forme labile ou en médicament permet de soigner des malades souffrant d’hémorragies, de troubles de la coagulation ou d’un déficit immunitaire grave.