Fermer

Les vignerons font de la résistance

Par Frédérique Hermine

Journaliste

Photo francoismillo.com-CIVP

Depuis le début du confinement, les domaines viticoles et les coopératives multiplient les initiatives pour tenter de limiter la casse. Certains ont gardé caveaux et boutiques ouverts avec une réorganisation pour respecter les règles de sécurité, notamment des drives à l’extérieur. D’autres ont mis en place des livraisons à domicile. Et quelques-uns accueillent d’autres producteurs locaux.

Si de nombreux domaines ont fermé leurs portes en attendant la fin de la pandémie, certains se sont rapidement organisés pour maintenir un minimum de ventes. Car si la période nécessite quelques travaux dans les vignes, il faut aussi songer à vendre des bouteilles afin de ne pas trop souffrir de l’annulation des salons et fêtes vinicoles, de la fermeture des restaurants comme de certains cavistes. Les vignerons ont donc entrepris d’informer leurs clients des formules drive ou livraison à domicile sur leur page Facebook ou leur site, au pire sur la devanture de leur magasin, tout en mettant en place les règles de sécurité nécessaires pour protéger consommateurs et salariés. Ceux qui disposaient déjà d’une boutique en ligne ont redoublé de mails pour freiner l’hémorragie de leur clientèle en proposant promotions et livraisons gratuites. Et solidarité oblige par ces temps difficiles, des initiatives fleurissent pour mettre en commun vente de vins et de produits locaux dans un même caveau. Nous avons relevé quelques actions en Provence ou ailleurs, à décliner pour éviter un « dry » confinement.

 

Sas et plexiglas

La solidarité vigneronne s’organise 1La coopérative Les Vignerons du Roy René a d’abord gardé ouvert le caveau de Lambesc (13) avec une seule vendeuse équipée d’un masque et de gants, derrière un plexiglas amovible, avec une caisse réinstallée à côté de la fenêtre. Pas d’accès en boutique mais un « hall d’exposition » dans le sas d’entrée qui permet de voir le prix de chaque produit. Les commandes payées sont ensuite déposées sur deux tables installées à l’extérieur, avec gel hydroalcoolique à disposition. « Au départ, les employées étaient plutôt réticentes à venir travailler mais finalement au vu de dispositif de sécurité mis en place, elles sont quasiment toutes volontaires, commente le directeur Christophe Lesage. Nous les employons donc en rotation ». La cave a informé ses clients sur sa page Facebook du dispositif, opérationnel du lundi au vendredi avec des plages horaires réduites. L’activité drive a démarré dès le 17 mars à Lambesc et a été étendue fin mars à la boutique de Saint-Cannat. Aujourd’hui, les ventes représentent entre un tiers et la moitié du chiffre habituel du caveau. La cave a également constaté davantage de commandes sur internet. « L’idée était d’abord de fidéliser nos clients habituels, précise Christophe Lesage. On constate qu’ils viennent chercher surtout du rosé et des BiB de 3 litres ».

 

Les BIB ont la côte

Dès la première semaine du confinement, le domaine de Grangeneuve près de Grignan (26) a envoyé un mailing aux clients habituels de la boutique en ligne pour les informer de la livraison gratuite hors région à partir de 120 euros d’achats. Dans le Les vignerons font de la résistance 1même temps, un autre mailing a été envoyé à la clientèle locale pour leur proposer une formule drive au caveau, d’habitude très fréquenté. « Ils préparent leur chèque ou ils paient en ligne en passant commande sur le site – pas de règlement en espèces- et on se charge de mettre le vin dans leur voiture quand ils passent au domaine, un seul client à la fois, précise le propriétaire Henri Bour. Nous assurons également des livraisons à domicile sur le pas de la porte pour une commande à partir de 80 euros et jusqu’à 30 km de chez nous en Drôme provençale ». La première semaine était calme mais le confinement se prolongeant, les consommateurs ont commencé à se soucier de leur approvisionnement. « À la cave, on est plutôt sur des achats de cuvées entrées de gamme et des bag-in-box de 5 litres. Actuellement, le produit le plus vendu est le BIB de blanc mais avec le beau temps, les rosés augmentent ».

 

Tournées en camionnette et panachages

Poulvère, le domaine de la famille Borderie à Monbazillac (24) a créé ce que Benoît appelle le « Poulvère Deliveroo » avec livraisons à domicile des commandes passées par téléphone ou par mail. « Les clients peuvent payer par virement bancaire, on La solidarité vigneronne s’organiseappelle deux minutes avant d’arriver et on dépose le colis devant la porte, un peu comme le Père Noël, ironise le directeur commercial. Mais nous avons aussi un terminal de paiement avec nous pour ceux qui veulent payer par carte ». Château Poulvère a organisé des points de collecte pour déposer des commandes sur les régions de Bordeaux, Périgueux, Bergerac, Agen, et même jusqu’à Limoges et en Corrèze… « et on peut faire des détours sur la route. Des livraisons à la papa, en somme. Mon père et mon grand-père faisaient encore la tournée de leurs clients il y a quelques années avec leur camionnette ». Deux des trois points de vente du château sur Monbazillac (24) sont également restés ouverts avec l’accès par les grandes baies vitrées pour passer les commandes, sans dégustation bien sûr. La communication pour ce wine-drive s’est faite sur les réseaux sociaux et par mailing. La commande peut également être passée par téléphone, les clients donnent leur heure de passage, ils klaxonnent en arrivant au caveau et les salariés avec masque et gants chargent la voiture. Le paiement sans contact est privilégié pour des achats de moins de 30 euros. « Nous allons aussi essayer d’accélérer l’ouverture d’une boutique en ligne, précise Benoît Borderie. Il faut trouver tous les moyens pour maintenir l’activité en gérant le risque car nous voulons pérenniser l’entreprise et les emplois tout en

Les vignerons font de la résistance
francoismillo.com-CIVP.jpg

répondant à la demande. Une bouteille de vin apporte un peu de plaisir dans un climat d’anxiété ».

L’union coopérative Estandon basée à Brignoles (83) offre la livraison sans montant minimum via les transporteurs. « C’est surtout un geste pour nos clients habituels car notre boutique en ligne est plus une vitrine qu’un important site de ventes », reconnaît le directeur Philippe Brel. Au Château Roubine (83) à Lorgues, Valérie Rousselle a fermé le caveau mais mis en place une livraison gratuite à partir de 12 bouteilles qui peuvent être panachées et commandées en ligne (la règle en temps normal pour nombre de producteurs étant une livraison offerte pour un minimum de 36). « Mais l’offre n’est pas valable pour les BIB, car il y a trop de pertes au cours du transport », précise la vigneronne. Non loin de là, le château Saint-Esprit a également choisi d’offrir la livraison de la commande en box UPS à partir de 12 bouteilles achetées sur internet avec le code promo APERO2020 (d’habitude à partir de 300 euros).

Les vignerons font de la résistance 2La boutique Chez Madiran de Vanessa Gérard regroupe les productions d’une vingtaine de vignerons indépendants de Madiran et Pacherenc de Vic-Bilh. « Nous avons fermé la boutique de la route des vignobles à Madiran mais organisé les achats en ligne avec le drive devant le magasin où plus personne ne rentre : après commande sur le site, on envoie un sms avec une heure de retrait et c’est moi qui charge le coffre, explique Vanessa Gérard. Je vais chercher les bouteilles chez les vignerons ou ils me les déposent pour pouvoir offrir aux clients des commandes panachées ». Chez Madiran a également mis en place les livraisons à domicile gratuites dans la région. « Nous proposons exceptionnellement des livraisons de BIB pour compenser le vrac à la tireuse supprimé dans les domaines ».  Les ventes sur ce format ont explosé, surtout en rouge et rosé, le pacherenc blanc étant bu plutôt l’été. « Nous avons souvent la commande de BIB pour Monsieur, une bouteille pour Madame », sourit Vanessa Gérard.

 

La Provence joue collectif

La solidarité passe aussi par les initiatives collectives qui permettent de répertorier les différentes offres mises en place par les caveaux. La Route des Vins de Provence, qui fédère les domaines avec une offre œnotouristique, a listé sur son site près de 200 caveaux (sur les 450 de la route des vins) avec le détail de leur activité pendant le confinement : le drive et/ou la livraison à domicile, et les boutiques restées ouvertes. « Dès le début, la Chambre d’Agriculture du Var a diffusé les règles de sécurité à respecter dans les exploitations et nous avons commencé à remonter les informations des domaines, mises à jour régulièrement, explique Samuel Garnier, responsable de l’œnotourisme. L’offre est très évolutive dans les caveaux ». Chaque nom de la liste renvoie à la page Facebook du domaine, pas toujours actualisé avec les infos du moment. D’où le conseil d’appeler systématiquement avant de passer, car certains ont changé leurs horaires habituels en fonction du personnel disponible, d’autres ne sont accessibles que sur rendez-vous. À titre d’exemple, la page du Château Sainte-Roseline détaille toutes les  possibilités et modalités, tout comme celles du Moulin de la Roque, du Château Rasque, du Domaine Ramatuelle, etc. « Les caveaux enregistrent néanmoins une forte baisse de leur chiffre d’affaire, surtout ceux tournés vers la vente directe mais drive et livraisons aident quand même à vendre quelques bouteilles », conclut Samuel Garnier.

Par ailleurs, la Chambre d’Agriculture du Var a proposé de mettre en contact producteurs de vin, pêcheurs et maraîchers pour favoriser l’organisation de points de vente communs, notamment suite à la fermeture de la plupart des marchés. Des domaines viticoles ont donc accepté de vendre des produits locaux au caveau. La cave de Saint Roch les Vignes à Cuers (83) qui a fermé au début du confinement prend les commandes de ses vins par téléphone du lundi au vendredi avec retrait en drive devant ses deux boutiques le vendredi. « Suite au mail de la Chambre d‘Agriculture pour savoir qui pouvait recevoir des producteurs varois en difficulté sur nos parkings, nous accueillons une productrice de fraises de Brignoles aux mêmes heures que notre drive du vendredi », explique le directeur Florian Lacroux. La Cave des Vignerons Londais à La Londe les Maures (83) fait dépôt-vente pour les pivoines d’un horticulteur voisin et permet à un maraîcher de Hyères de livrer sur le parking deux fois par semaine des paniers de fruits et légumes en pré-commande. La coopérative bandolaise La Cadiérenne travaille avec un marin-pêcheur de la Seyne-sur-Mer dans le même esprit. La chambre d’Agriculture a déjà enregistré plus d’une soixantaine de demandes de mises en contact.

 

La solidarité vigneronne s’organise 2Caveaux à la carte

D’autres initiatives privées émergent encore. Signalons celle de Fabien Lainé, sommelier et blogueur du vin qui a mis en ligne une carte interactive Google map recensant les caveaux de producteurs restés ouverts durant la période de confinement. Les producteurs qui font de la vente à emporter, du drive et/ou des livraisons peuvent s’y inscrire gratuitement en remplissant la fiche d’information avec leurs coordonnées et les possibilités offertes pour pouvoir être ensuite géolocalisés : un point rouge pour les ventes à emporter et livraisons, un point violet pour les drives – certains se retrouvant dans les deux couleurs. Parmi les régions les plus actives, le Bordelais, le Val de Loire, le Languedoc-Roussillon. Chaque point renvoie au site du domaine.

Par ailleurs, l’association Vin & Société et l’agence de communication La Bicyclette de Paul ont lancé sur les réseaux sociaux le hashtag #LaVigneContinue qui permet de suivre l’activité dans les vignobles, mais également de relayer toutes les initiatives. ♦