Fermer

Le Fonds Épicurien, un rempart contre la malbouffe

Par Marie Le Marois

Journaliste

Le Fonds Épicurien est un fonds de dotation spécialisé dans l’alimentation durable. Il soutient financièrement des projets à but non lucratif, respectueux de l’environnement et de l’humain.

 

Le Fonds Epicurien
Abiho Calanques

Les projets accompagnés s’inscrivent aussi bien dans les filières de production – la Brousse du Rove, les Champignons de Marseille, les légumes de Terre de Mars (photo d’ouverture)…- que celles de la distribution (le supermarché participatif  Supercafoutch, le marché de la Friche Belle-de-Mai…). Il s’attache également à valoriser les produits sains et bons, les métiers et savoir-faire qui y contribuent, et à sensibiliser le public à une meilleure alimentation. Avec son aide, Abiho Calanques a ainsi pu emmener les enfants des quartiers populaires découvrir ses ruches. Et Bou’Sol, son pain bio et solidaire.

 

Le Fonds Epicurien 1
Marché de la Friche Belle de Mai

Transmission, attachement au territoire, générosité et partage

Le Fonds Epicurien a été créé en 2014 par Thomas de Williencourt, entrepreneur engagé et convaincant. Son idée est le fruit de deux constats : d’un côté, la mondialisation de l’alimentation entraîne un appauvrissement des produits régionaux dans de nombreux pays. De l’autre, la richesse des produits de Provence est urgente à préserver. Il est l’un des premiers à aiguiller la philanthropie sur cette voie, avec pour valeurs transmission, attachement au territoire et générosité et partage.

 

Le Fonds Epicurien 2
La ferme du Talus

Une trentaine de mécènes

Pour pouvoir lever des fonds et les redistribuer facilement aux associations, il a créé ce fonds de dotation qui compte aujourd’hui une trentaine de mécènes, à 90% des particuliers. Outre la levée de 560 000 euros, la force du Fonds Épicurien est de créer un réseau de donateurs passionnés qui débouche parfois sur des partenariats. Grâce à l’entremise de l’un des mécènes, Veolia a ainsi fourni la terre à la ferme urbaine Le Talus, installée sur une ancienne décharge de remblais.

 

Plus de 60 projets

Une soixantaine de projets a déjà été soutenue et deux sont en cours : « L’atelier panification d’En Chantier, association qui lie épicerie solidaire, restaurant participatif et ateliers de formation. Et la renaissance de la filière de la pistache avec Pistaches en Provence », détaille Tatiana de Williencourt. Elle a pris la tête du fonds en avril 2019, toujours bénévolement et avec le même enthousiasme contagieux que son mari. Parrains de la première heure de Marcelle, ils ont découvert et soutenu Les Jardins de Solène, entreprise couronnée par le prix des lecteurs 2019 ♦

 

Focus – Des articles de Marcelle sur plusieurs projets soutenus par Le Fonds Épicurien

Bou’Sol

Les Champignons de Marseille

La ferme du Talus

Super Cafoutch

La Cité de l’Agriculture

Les Jardins de Solène

Refugee Food Festival, édition 2019

Nadia Sammut et son institut cuisine libre en 2015,

La Cité de l’Agriculture

le MOW, édition 2018