Fermer

Le grand résistant Claude Alphandéry appelle à refonder notre société

Par Marie Le Marois

Journaliste

Grand résistant, Claude Alphandéry est également un acteur majeur de l’Économie Sociale et Solidaire. À l’heure où la société semble reprendre son cours, comme si de rien n’était, il nous explique, fort de cette double expérience, qu’il est urgent de valoriser les nouvelles formes de solidarité et de les faire coopérer. Interview en visioconférence de ce grand monsieur de 97 ans, pétillant et toujours actif.

 

Vous avez assisté à plusieurs ruptures de notre société dont celle créée par la Deuxième Guerre Mondiale. Pensez-vous que la crise sanitaire actuelle marque, elle aussi, une rupture ?

Claude Alphandéry : C’est une rupture très différente, on ne peut comparer la crise sanitaire actuelle à la violence et aux supplices de la guerre et des camps d’extermination. L’ennemi est en plus aujourd’hui moins visible : ce virus du Covid-19 est sournois, insidieux, insaisissable et intangible.

Elles ont commun, en revanche, les souffrances et les conditions de vie parfois dramatiques des Français. Mais aussi leur façon de résister. Comme pendant la guerre, face au malheur, les gens se sont levés, se sont rapprochés, ont uni leur force et mis de côté leurs désaccords.

Donc oui, cette crise sanitaire marque une rupture : ce système économique et social, qui nous a conduit à des risques inattendus et insupportables, ne peut plus perdurer. Cette pandémie a notamment révélé un appareil sanitaire en plein désordre : on a laissé s’abîmer un magnifique service de santé.

 

La Résistance a animé un souffle nouveau pour les décennies qui ont suivi. Nous avons été témoins pendant ce confinement de notre capacité à faire naître des solidarités collectives inédites, des organisations alternatives et des solutions d’urgence efficaces, ces mouvements spontanés forment-ils aussi un élan à notre société  ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite