Fermer

La fibromyalgie n’est pas une maladie fantôme !

Par Lorraine Duval

Journaliste

Maladie chronique inflammatoire du système nerveux, c’est une de ces pathologies mal connues du grand public et des professionnels, entourée de toutes sortes de préjugés et d’approximations. Source de fatigue et de douleurs importantes. Le Dr Stéphanie Ranque-Garnier, médecin au Centre d’évaluation et traitement de la douleur (CETD) du CHU de La Timone à Marseille, participe depuis cinq ans au programme de recherche Fibromy’activ, qui étudie l’efficacité de l’activité physique sur la qualité de vie des patients. Elle dresse un état des lieux à partir de dix idées reçues sur cette maladie encore mal connue.

 

La fibromyalgie ressemble-t-elle aux rhumatismes ?

Non. Même si les patients sont souvent orientés vers les services de rhumatologie. Les douleurs peuvent apparaître un peu partout, n’importe quand mais ne se concentrent pas uniquement sur les articulations ou les muscles. C’est une maladie inflammatoire du système nerveux, qui se caractérise, entre autres, par un dysfonctionnement de l’appareil gérant l’alarme de la douleur. Les symptômes sont multiples :

La fibromyalgie n'est pas une maladie fantôme ! 1
Dr Stéphanie Ranque @ Florian Launette

douleurs éparses, fatigue non améliorée par le repos, troubles cognitifs et sommeil non réparateur.

Autre signe clinique, les cinq sens sont exacerbés mais à mauvais escient : les sons sont saturés, la lumière éblouit, la douleur n’est pas correctement ressentie (trop ou trop peu). Si l’on rajoute le manque de reconnaissance, un sentiment d’inefficacité et d’injustice, la dramatisation, l’impact social familial professionnel… la dépression n’est jamais loin.

 

Est-on obligé d’arrêter de travailler ?
Non. Mais le travail doit pouvoir être adapté au patient, à ses rythmes, à ses capacités. Et rester valorisant. Il est déconseillé de rester dans la même position plus d’une heure d’affilée (assis devant un bureau ou en mouvement trop longtemps). C’est donc inventer une organisation dans le travail qui alterne des mobilisations avec des périodes statiques. Continuer à travailler est préférable car cela donne un sentiment d’utilité sociale, mais seulement si le contexte est favorable.

.

Cette maladie ne concerne-t-elle que les adultes ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite