Fermer

Cyprien Fonvielle, de la Fondation Camp des Milles à Acta Vista

Par Nathania Cahen

Journaliste

photo Var Matin

Que peut-il y avoir de commun entre le mémorial d’un camp de concentration et une entreprise de réinsertion par les métiers du bâtiment ? « L’éducation à la citoyenneté, l’inclusion », nous explique Cyprien Fonvielle, qui vient de passer du Camp des Milles à Acta Vista. Il évoque son parcours, ses choix et engagements.

En février 2019, il m’avait reçue dans son bureau de la Fondation Camp des Milles. Seize mois plus tard, changement de décor, je l’interroge dans une petite pièce baignée de soleil du Fort Saint-Nicolas, siège d’Acta Vista, à Marseille.

 

Comment change-t-on aussi radicalement d’univers ?

J’ai passé onze ans à la Fondation Camp des Milles, et j’ai le sentiment d’avoir participé à une très belle aventure. D’en avoir fait un lieu qui compte dans le domaine de la mémoire, de l’éducation et de la citoyenneté. Même si on ne fait jamais vraiment le tour de toutes ces questions.

cyprien-fonvielle-acta-vistaL’activité du Camp des Milles peut sembler bien éloignée de l’ESS, l’économie sociale et solidaire mais il y a en réalité de nombreuses passerelles.

J’ai découvert avec Acta Vista un magnifique projet d’inclusion active par le patrimoine, plaçant l’Homme au cœur de ses préoccupations. Acta Vista œuvre tous les jours pour permettre à chaque individu de trouver sa place au sein du collectif et pour permettre à la société de reconnaître la valeur des individus qui la composent.

Le patrimoine historique constitue le socle de ces actions, comme trait d’union entre l’individu et le collectif.

J’intègre aussi ce projet en y apportant mon expérience et ma vision. Après avoir œuvré pendant près de 20 ans pour l’inclusion active des individus au travers d’actions dans le champ de la formation et de l’insertion professionnelle, l’association va désormais développer un nouvel axe éducatif et culturel. Une nouvelle étape nécessaire.

À chacun des nouveaux chantiers seront ainsi associés des ateliers pédagogiques à destination de publics jeunes des territoires. Nous avons la chance d’intervenir dans des monuments historiques prestigieux, nous souhaitons désormais en faire bénéficier le plus grand nombre. Nous développerons donc à partir du mois de septembre des actions pédagogiques en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, le ministère de la Justice et le ministère de la Cohésion des territoires. AInsi qu’avec les collectivités locales.

Acta Vista va même plus loin et propose désormais de redonner vie à certains monuments historiques en y ouvrant des équipements éducatifs et culturels. La Ville de Marseille a d’ailleurs décidé de travailler avec nous en ce sens en nous confiant le Fort Saint-Nicolas pour que nous puissions y développer le projet de la Citadelle.

 

Le patrimoine est un vecteur de sociabilisation efficace ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite