Fermer

Mieux dormir pour protéger ses neurones et sa mémoire

Par Agathe Perrier

Journaliste

La start-up Neuralia vient de lancer un deuxième complément alimentaire à base de plantes. Avec un objectif double : favoriser le sommeil et protéger les neurones afin de prévenir les maladies neurodégénératives telles que Parkinson ou Alzheimer.

 

Je m’étais rendue en décembre 2018 dans les laboratoires de Neuro-sys, à Gardanne. Depuis 2013, l’équipe scientifique de cette start-up étudie les plantes – notamment méditerranéennes et vietnamiennes – afin de connaître leurs actions sur les maladies neurodégénératives comme Alzheimer ou Parkinson. Préalable pour créer des médicaments ou compléments alimentaires destinés au grand public (notre reportage à retrouver ici).

Un an et demi plus tard, l’entreprise a bien évolué : une nouvelle entité, Neuralia, a été créée en 2019 pour commercialiser le premier complément alimentaire de la marque. Baptisé NSP01, il est censé aider à maintenir et améliorer la mémoire, permettant ainsi un vieillissement harmonieux. Un deuxième vient compléter la gamme. Sous le nom NPS06, il promet un meilleur sommeil tout en améliorant les fonctions cognitives.

 

neuralia-complement-alimentaire-memoireSommeil et protection des neurones

Il est prouvé qu’un mauvais sommeil a un impact direct sur le cerveau (bonus). C’est pourquoi Neuralia a conçu un complément alimentaire favorisant de bonnes nuits. Mais pas seulement. « Tous nos produits ont aussi un effet neuroprotecteur. Cela signifie qu’ils protègent nos neurones et par conséquent la mémoire », explique Cindy Sangnier, responsable marketing et communication de Neuralia.

Le NSP06 est obtenu à partir d’une combinaison de verveine, romarin et vitamine B5. Ce mélange donne naissance à trois principes actifs – l’acide ursolique, l’apigénine et l’acide chlorogénique – qui agissent en faveur d’un meilleur sommeil et de la protection des neurones. Le complément alimentaire se prend à raison de deux gélules chaque soir. « Le bienfait sommeil s’obtient au bout de trois jours environ, mais se perd lorsqu’on arrête les comprimés. Il n’y a donc pas de préconisation d’arrêt ». L’entreprise garantit l’absence d’effet secondaire.

 

La ménopause en ligne de mire

Un troisième complément alimentaire, le NSP19, va sortir à la fin de ce mois de juillet. L’effet neuroprotecteur sera cette fois couplé à une action contre les effets désagréables de la ménopause (bouffée de chaleur, irritabilité, troubles de la mémoire). « La ménopause entraîne une baisse d’hormones, les œstrogènes, ce qui a un impact au niveau du cerveau et des neurones (ndlr : bonus). Sur le long terme, on peut développer un Alzheimer », alerte Cindy Sangnier. Là encore, deux gélules sont à prendre quotidiennement le matin pendant toute la durée de la période de transition hormonale. Une quatrième préparation est par ailleurs prévue pour le début de l’année 2021, mais pas précision pour le moment quant à son action.

 

Objectif : l’implantation en pharmacie

Où trouver les compléments alimentaires de Neuralia ? L’option la plus simple aujourd’hui reste encore de passer par internet. Car une officine seulement – la pharmacie d’Italie à Aix-en-Provence – les référence. Elle devrait néanmoins être bientôt rejointe par d’autres, en Provence-Alpes-Côte d’Azur et Île-de-France. « C’est notre objectif 2020. Cela aurait dû se faire plus tôt, mais le confinement nous a obligé à changer nos plans », reconnaît Cindy Sangnier.

La start-up devait en effet participer en mars dernier à Pharmagoraplus, le salon européen de la pharmacie. L’occasion pour elle de rencontrer tous les groupements de pharmaciens et de référencer ses produits auprès d’eux. Mais l’édition 2020 a été annulée en raison de l’épidémie de Covid-19 et reportée à 2021, d’où la nécessité pour la jeune pousse de rebondir. « On a fortement développé le digital en attendant et ça fonctionne bien ! On arrive à fidéliser nos clients donc on est très satisfait de ce côté-là. Il faut maintenant que l’on se fasse connaître encore et encore »

 

La data au secours de la biodiversité 7 Le CEA Cadarache parraine la rubrique « Recherche» et vous offre la lecture de cet article *

.

Bonus – Le lien entre sommeil et mémoire… et entre ménopause et mémoire – Le secret derrière les noms des compléments alimentaires de Neuralia –

  • Quel lien entre sommeil et mémoire ? Interview du professeur Robert Jaffard – professeur émérite à l’Université de Bordeaux 1, chercheur au CNRS, neurobiologiste, spécialisé dans l’étude de la mémoire, membre du conseil scientifique de l’Observatoire B2V des Mémoires – à lire en cliquant ici.

 

  • Quel lien entre ménopause et problème de mémoire ? Pour Karyn M. Frick, professeure au département de psychologie de l’Université du Wisconsin à Milwaukee, qui cherche depuis de nombreuses années à éclaircir le rôle des œstrogènes dans la mémoire, le tarissement des hormones durant la ménopause est la principale explication au fait que les femmes courent un plus grand risque de souffrir de la maladie d’Alzheimer que les hommes. À lire dans l’article du média indépendant Le Devoir en cliquant ici.

 

  • Les scientifiques de Neuralia ont-ils perdu la tête ? Un premier complément alimentaire baptisé NSP01, un deuxième NSP06 et un troisième NSP19. De quoi éveiller quelques questions sur le pourquoi de cette suite « illogique ». La réponse est simple comme l’explique Cindy Sangnier : « Il s’agit du code de recherche des produits. Le numéro correspond à l’ordre dans lequel les recherches ont commencé. Mais certains produits sont parfois abandonnés, d’autres plus longs à sortir, ce qui fait qu’ils ne sont pas commercialisés dans l’ordre ».