Fermer

L’abbaye de Sénanque se refait une beauté

Par Agathe Perrier

Journaliste

© Decar66 - Flickr (CC BY 2.0)

[au fait !] La menace d’effondrement de l’église abbatiale du XIIe siècle située dans le Vaucluse a suscité de nombreux dons pour lancer sa restauration. La première phase de travaux vient de se terminer avant le démarrage d’une nouvelle à l’automne.

 

C’est un SOS que Marcelle avait relayé en mars 2019. Celui lancé par les moines de la communauté cistercienne qui a fondé l’abbaye de Sénanque au XIIe siècle, à quelques kilomètres de Gordes (Vaucluse). Des désordres structurels inquiétants menaçaient l’édifice d’effondrement (notre reportage en cliquant ici). Des travaux de confortement se révélaient par conséquent urgents. Parmi les priorités : soutenir le mur collatéral est par l’ajout de cinq contreforts et reconnecter les façades pignons au reste par des injections de fibre de verre. Pour un coût total de plus de deux millions d’euros.

 

travaux-renovation-abbaye-senanque
© EmDee – Wikipedia
Générosité citoyenne

Si la communauté cistercienne et les collectivités territoriales ont mis la main au porte-monnaie, plusieurs centaines de milliers d’euros manquaient toujours pour boucler le budget. Un appel aux dons a alors été lancé et a rencontré un franc succès. Notamment grâce à la publicité assurée par des personnalités attachées au lieu – Élie Semoun et Stéphane Bern en premier lieu. 800 000 euros ont ainsi été recueillis auprès de 4 400 particuliers – les généreuses donations oscillant entre 10 euros et 50 000 euros !L’église a également été sélectionnée parmi les treize sites emblématiques de la seconde édition du Loto du patrimoine, ce jeu créé par la Française des jeux dans le but de récolter des fonds destinés à la Fondation du Patrimoine pour l’entretien ou la réfection de monuments considérés en péril. Grâce à lui, 300 000 euros en plus de la collecte citoyenne pour sauver l’abbaye.

 

Fin du chantier d’ici début 2022

Une fois les fonds réunis, les travaux de sauvegarde ont débuté en décembre 2019. « La première phase a été consacrée à l’étaiement de la nef et des collatéraux. Plus de 80 tonnes d’échafaudages ont été nécessaires pour permettre de sécuriser l’édifice abbatial fragilisé. Un ouvrage en bois de chêne a été réalisé afin de cintrer la voûte et soutenir sa charge le temps des travaux », décrit le site internet de l’abbaye. Les étapes y sont aussi détaillées sur leur page Facebook pour les plus curieux.

Les travaux de sauvegarde de l’église abbatiale ont débuté en Décembre 2019.

La première phase a été consacrée à…

Publiée par Abbaye Notre-Dame de Sénanque sur Mercredi 1 juillet 2020

 

Les échafaudages ont aujourd’hui disparu et les contreforts en béton armé tant espérés ont été installés. Avant d’être habillés d’un parement en pierre strictement similaire à la pierre d’origine pour se fondre dans l’ensemble. Un travail réalisé cet été selon des méthodes traditionnelles par des compagnons tailleurs de pierre venus de Bourg-en-Bresse. « Ainsi s’achève la première campagne de travaux. À l’automne débutera la seconde campagne, elle concernera la consolidation de la nef et du transept », précise la communauté. La fin du chantier est estimée au plus tard au début de l’année 2022. Avis aux intéressés : l’abbaye reste ouverte pendant toute la durée des travaux. ♦

 

Bonus –
  • Des photos du chantier de sauvegarde de l’abbaye de Sénanque sont disponibles sur le site internet de l’édifice en cliquant ici.

 

  • L’abbaye Notre-Dame de Sénanque a été fondée le 9 des calendes de juillet 1148 (23 juin), par des moines cisterciens venus de Mazan, en Ardèche. Notre-Dame de Sénanque est ainsi la quatrième abbaye cistercienne de Provence, après Le Thoronet, Aiguebelle et Silvacane. Elle appartient à un ordre monastique puissant, celui de Saint Bernard. Le nom de l’abbaye peut être lié à la présence d’un cours d’eau providentiel, Sana Aqua (eau saine). Selon les recommandations de la Summa Carta Caritatis (charte de charité et d’unanimité), toute nouvelle fondation doit compter douze moines et un abbé, mais il semble que ce ne fut pas le cas pour Sénanque. Seuls six religieux dont le premier abbé, Pierre, sont mentionnés. En 1220, l’abbaye est achevée, le chantier aura duré près de 60 ans. Toute son histoire, âge d’or, déclin, renouveau, est détaillée en ligne, sur son site.

 

  • À (re)lire : notre reportage sur l’abbaye de Sénanque en cliquant ici.

En mauvais état, l’abbaye de Sénanque en appelle aux dons