Fermer

Les roses : belles, mais aussi vertueuses

Par Marie Le Marois

Journaliste

@Mahieu Lilian

[les engagés] Connue dans le monde entier pour ses roses d’exception, Roseline Giorgis est spécialiste des plantes à parfum et de la concentration des arômes dans la plante. Visite au Domaine de la Rose des Arts, à l’Isle-sur-la-Sorgue.

 

Tous les jours, cette petite femme aux mains musclées chouchoute ses 80 variétés de fleurs qui s’épanouissent le long de la Sorgue, au milieu de ses deux hectares en permaculture. Des roses à profusion, des roses qu’elle a créées – la Baptistine et l’Aurora, « mariage entre rosier rose et jasmin ». Mais aussi des roses auxquelles elle a redonné vie, comme celle d’Égypte. « Le rosier était devenu une herbacée à cause d’une maladieAu bout de trois années de soins, il a évolué en buisson vigoureux ». En Egypte, comme en Tunisie, elle est chargée par des propriétaires d’exploitation d’améliorer la qualité et le rendement de la culture des plantes à parfum.

 

Accompagner les plantes plutôt que les traiter
Roseline Giorgis, cultivatrice de rose 2
Récolte des roses de mai @MAHIEU LILIAN

Roseline a en effet le don d’optimiser la concentration des arômes dans les plantes. Elle ne leur prodigue aucun traitement, ni chimique, ni végétal. Uniquement ‘’des accompagnements’’. « J’ai planté de la bourrache pour enrichir le sol, de la sauge et du romarin comme stimulateur olfactif – car les plantes dialoguent entre elles -. Si j’ai besoin d’azote je plante des fèves ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite