Fermer

Donner la parole aux parents de jeunes addicts aux jeux vidéos

Par Marie Le Marois

Journaliste

Photo 11333328 de Pixabay

L’Espace Barbara du CHU de Nantes est un des rares services en France à traiter l’addiction aux jeux vidéo, une nouvelle pathologie qui touche majoritairement les garçons. L’équipe a mis en place en 2008 un groupe mensuel de soutien pour les proches. Des échanges poignants auxquels j’ai assisté pour Psychologies Magazine.

Six personnes s’installent sur les chaises disposées en cercle. Ils sont tous parents de jeunes accros aux jeux vidéo. Lucie Gailledrat, psychiatre et co-animatrice du  »Groupe Entourage Jeux Vidéo » et Régine Robinet, infirmière, les invitent à parler « sans forcément entrer dans les détails ». Mais c’est bien dans le détail que les participants racontent leur histoire, comme un besoin de déposer leur impuissance. Isabelle, mariée, un fils de 16 ans « tombé » dans le jeu en ligne depuis cinq ans : tout va bien à l’école mais il refuse toute activité, se renferme, « saute le dessert pour retourner à son jeu tard dans la nuit ».

 

Sophie : son fils de 20 ans, consommateur d’écran depuis toujours 

Des groupes de parole pour les parents de jeunes addicts aux jeux vidéos 1Sophie enchaîne. C’est après son bac que son fils a vraiment basculé, au point de décrocher de la fac. « Quand on lui a signifié son mal-être, il a disparu chez son père pendant huit mois, avant de revenir vivre chez nous et d’accepter d’être suivi par Alia (NDLR : association d’addictologie à Angers). Ils nous ont bien accompagnés dans notre rôle de parents. Mais après nous avoir dit de tenir le cadre, ils nous ont suggéré d’essayer l’autonomie. Un échec : sa consommation d’écran a augmenté, au point parfois de ne plus dormir, ni manger ». L’assistance est abasourdie. Sophie raconte son histoire comme si ce n’était pas la sienne. Elle est à la fois « en état de choc post-traumatique » et dans l’acceptation de la situation de son fils.

 

Rachel : son fils de 20 ans, parti en vrille après avoir quitté la maison pour ses études

L’histoire de Rachel ressemble à celle de Sophie : fils du même âge, relation compliquée entre les parents après le divorce, avec en plus un désaccord sur le temps de consommation… Les choses se sont aggravées après le décès du père. C’est lors de sa deuxième année d’études, suivie dans une autre ville, qu’il est « parti en vrille ». Aujourd’hui, son fils est chez elle. Il joue la nuit, saute des repas, consomme de l’alcool et « sans doute d’autres substances ».

 

Joséphine et Jacques : leur fils de 15 ans, d’abord harcelé par un prof

Des groupes de parole pour les parents de jeunes addicts aux jeux vidéos 2En entendant ces histoires, Joséphine et son mari – le seul couple – réalisent que la consommation de leur fils de 15 ans n’est pas aussi excessive. « Mais on a peur qu’elle le devienne », lâche Jacques. Le déclencheur ? Harcèlement d’un prof en 6e, changement de collège, laxisme sur les jeux vidéos « car la situation était déjà difficile pour lui ». Oui, ils ont déjà consulté un psy qui leur a dit que « c’était l’adolescence qui pointait ». Non, il ne fait plus d’activités depuis deux ans, lui qui était si créatif. Et oui, Jacques a déjà « disjoncté verbalement ».

 

Judith : son fils de 12 ans, accro à sa console

La dernière histoire, celle de Judith, dont l’inquiétude est palpable. Son fils de 12 ans est accro à sa console « achetée avec ses sous pour ses 10 ans ». La semaine, sa mère la cache, ce qui ne l’empêche pas de regarder les youtubeurs sur l’ordinateur familial, pourtant accessible par un code. Le week-end, il joue non-stop « mais quand même, il va volontiers à la piscine et à la musique ». Cette situation lui fait peur. Peur qu’il décroche scolairement (« l’école, ce n’est pas son truc »), peur qu’il recommence à lui répondre violemment quand elle lui demande d’arrêter de jouer. Ses mots résonnent chez les participants. « Mon fils m’a déjà projetée contre le mur », « il a déjà jeté ses manettes de colère sur son ordinateur ». Lucie Gailledrat décrypte que « l’arrêt brutal du jeu peut entraîner une réaction explosive chez le joueur car il s’y investit énormément, surtout lorsqu‘il a une équipe qui compte sur lui ».

 

L’addiction est le fruit de plusieurs éléments

Des groupes de parole pour les parents de jeunes addicts aux jeux vidéos 5Face à des parents lassés de la négociation permanente et désarmés, la psychiatre rappelle qu’il est important de ne pas démissionner. Elle explique que l’addiction naît de la rencontre entre une personnalité, un contexte environnemental (adolescence, éléments déclencheurs…) et le jeu vidéo, qui devient une bouée de sauvetage. L’addiction se constitue dans la répétition de la pratique de jeux excessifs. Le joueur y trouve une gratification qu’il n’a pas dans la vie réelle, un endroit où il se sent fort et qui lui évite de penser et de faire. « Il est important de nouer le dialogue avec son enfant et de s’intéresser à son jeu ».

 

Sentiment de toute puissance dans le jeu, perte de la notion du temps

La parole entre les participants se libère, chacun rebondit sur ce qui se dit : sentiment de toute puissance dans le jeu et d’ennui en dehors, perte de la notion du temps, sensation que leur enfant est autre quand il joue, techniques de blocage contournées… Inquiète, Judith demande à Sophie comment son fils voit l’avenir : « Il n’arrive pas à se projeter. Son écran lui sert de fuite, à ne plus penser à ses angoisses. Il en est conscient mais il continue à jouer ». « Alors comment on fait ? », s’alarme Rachel. Sophie lui répond : « Nos enfants doivent se confronter au réel, tomber du mur s’il le faut, pour peut-être rebondir. On a dit à notre fils que s’il voulait cette vie-là, on respectait sa décision, mais pas à la maison ». Depuis, il fait un service civique, réside en foyer de jeunes travailleurs mais continue à enchaîner les nuits blanches. « Il est le fantôme de lui-même. Mais comme il est majeur, on ne peut rien faire sans son consentement ».

 

Partager son inquiétude et faire intervenir un tiers

Des groupes de parole pour les parents de jeunes addicts aux jeux vidéos 4La psychiatre rappelle que, lorsque le jeune joue en permanencedélaisse ses autres activités et s’isole des jeunes de son âge, il est urgent de l’amener consulter. Comment faire quand le joueur est dans le déni ? Les parents s’interrogent : « Il dit que les jeux, c’est sa passion et qu’on est ‘’con’’ de ne pas avoir de passion », « le mien dit que jouer est naturel ». L’infirmière leur conseille de partager leur inquiétude avec leurs enfants et de faire intervenir, pourquoi pas, un tiers. Tante, grand-parent, ami de la famille. Isabelle a trouvé l’astuce en demandant à son fils de remplir un questionnaire (à quels jeux joues-tu ? combien d’heures par jour ?…). Ce peut être aussi de l’inviter à participer à une étude scientifique sur la question, idée qui pourrait attirer le fils de Sophie.

Soigner en même temps l’addiction et la dépression sous-jacente

La psychiatre insiste sur la nature de la prise en charge du service : sans jugement. « On agit sur l’addiction pour qu’elle diminue et permette au joueur de se reconnecter à ses émotions. Et en même temps sur la souffrance sous-jacente – souvent une dépression – pour remettre du mouvement ». Outre les consultations individuelles, le service propose l’hôpital de jour, un jour par semaine pendant trois mois, avec « des soins intensifs qui leur permettent de se re-narcisser », ajoute l’infirmière. Des thérapies familiales sont également proposées.

 

Parler à d’autres parents

Des groupes de parole pour les parents de jeunes addicts aux jeux vidéos 3Isabelle, démoralisée, demande si des jeunes s’en sortent. « Bien sûr, mais c’est un long travail d’alliance », répond Lucie Gailledrat qui m’expliquera plus tard que pour les deux derniers témoignages, on ne peut pas parler d’addiction. « Mais les parents doivent rester vigilants et cadrants ».

19h10. La séance, qui a débordé, est terminée. Sur le pas de la porte, les participants poursuivent les échanges. Tant de questions encore à poser, tant de conseils à demander. « Parler avec d’autres parents m’a fait beaucoup de bien, confie Sophie. Je me sens moins seule dans ma détresse ». ♦

 

* Le FRAC Provence parraine la rubrique société et vous offre la lecture de cet article *

 

Bonus [pour les abonnés] Le Dr Bruno Rocher, addictologue et initiateur du groupe ‘’Entourage et Jeux Vidéo’’. L’addiction aux jeux vidéo reconnue comme maladie par l’OMS – Les critères. Autres groupes de parole et services de consultation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite