Fermer

La cuisine solaire a son adresse à Marseille !

Par Agathe Perrier

Journaliste

[au fait !] Une guinguette alimentée à l’énergie solaire vient d’ouvrir à Marseille. On y déguste des plats élaborés à partir de produits locaux et de saison, cuits grâce au soleil. Un avant-goût du « futur délicieux » promis par le chef Pierre-André Aubert, à l’initiative du futur restaurant solaire Le Présage, établissement pilote en France.

C’est avec un petit mois de retard – « les aléas des chantiers ! » – que la guinguette solaire Le Présage a fait chauffer son fourneau pour la première fois. Installée tout près de la station de métro Capitaine Gèze, plus précisément dans la cour d’Ici Marseille (le coworking dédié aux artisans dont Marcelle vous a parlé il y a quelques mois ici). Elle y a servi ses premiers clients le 1er septembre dernier.

« On a connu un démarrage très agréable », se réjouit Pierre-André Aubert, le chef cuisinier. « Beaucoup de monde est déjà venu. D’abord des personnes qui nous suivent depuis nos débuts (ndlr : un premier restaurant solaire avait fonctionné sous forme de test en 2016 et 2017 à Aubagne). Puis des habitants et entreprises des alentours qui ont entendu parler de nous. Là, on commence à voir les premiers clients qui nous ont découvert dans la presse ». De quoi donner le sourire à cet optimiste de nature, passionné par la cuisine et l’énergie solaire.

 

La cuisine solaire a désormais sa première adresse à Marseille 1Un avant-goût du futur restaurant solaire

Avec un à deux services par jour de 20 à 30 couverts chacun (bonus), les places sont limitées. La réservation est donc fortement conseillée. La carte, élaborée à partir de produits locaux et de saison, est renouvelée chaque semaine. Au menu de ces premiers jours : chiffonnade de melon et délice de poivron, pan con tomate à la mozzarella, thonine basquaise ou encore compotée de reinette et ricotta parfumée à la fleur d’oranger. « L’idée est de proposer une carte en format tapas pour faire découvrir notre cuisine », souligne Pierre-André Aubert. Le tout concocté sur des plaques de cuisson en fonte, alimentées par un réflecteur de lumière en forme de parabole. Le même système qui prendra place dans le futur restaurant solaire, prévu pour 2022 au technopôle de Château-Gombert (13e arrondissement).

La guinguette devrait rester à ICI Marseille jusqu’à la fin de l’année 2020. Pierre-André Aubert espère ensuite pouvoir l’installer sur le terrain du restaurant en attendant son ouverture. Si le container peut être déplacé, il n’a pas vocation à devenir nomade pour des raisons techniques et pratiques. Le chef nourrit aussi l’envie d’ouvrir plusieurs autres guinguettes partout dans la ville. « C’est notre objectif à l’horizon 2024 pour les JO », confie-t-il. Marseille, précurseure de la cuisine solaire en France ? Elle en prend en tout cas le chemin, portée par une association et des chefs motivés pour la démocratiser (bonus). ♦

 

Bonus –
  • Infos pratiques : la guinguette solaire du restaurant Le Présage est ouverte du mardi au samedi de 12h10 à 14h30 et du jeudi au samedi à partir de 18h.
    Dans la cours d’Ici Marseille, 77 rue de Lyon, 13002 Marseille.
    Tarifs indicatifs : 6€-8€ les entrées, 9€ les plats format dégustation, 6€ les desserts.
    Toutes les infos sont à retrouver ici.

 

  • Pour la petite info : tous les bio-déchets de la guinguette solaire du Présage sont donnés au collectif Les Alchimistes, également basé à Ici Marseille, qui les transforme en compost. Un circuit ultra court dont Marcelle vous a déjà parlé ici.

 

  • À (re)lire : notre reportage sur la cuisine solaire portée à Marseille par l’association marseillaise Les festins photoniques, dont fait d’ailleurs partie Pierre-André Aubert, en cliquant ici.

Cuisine solaire : parler aux ventres pour éveiller à la transition écologique