Fermer

Vins de Buzet : le Développement Durable à 360°

Par Frédérique Hermine

Journaliste

Photo Frédérique Hermine

La cave des vignerons de Buzet-sur-Baïze (47), au cœur du Sud-Ouest, accumule depuis une douzaine d’années labellisations, certifications et récompenses qui attestent de son exemplarité en matière de développement durable. Plus qu’un concept ou une philosophie, il s’agit d’un virage politique à 360°.

 

Vins de Buzet : le Développement Durable à 360° 1
Pierre Philippe, directeur de la cave Les vignerons de Buzet. Photo F. Hermine

Buzet n’est pas atteint d’une collectionnite en matière de labels et certifications de développement durable. Ceux que la coopérative gasconne affiche dans son CV se veulent avant tout des garanties attestant d’une véritable politique à long terme. Car au-delà des multiples actions en faveur de l’environnement et de la biodiversité, le dynamique et déterminé directeur Pierre Philippe s’est attaché à mettre en place une autre gouvernance, plus globale et respectueuse de la nature et des hommes. Une vision à 360° qu’il entend mener encore plus loin en transformant la cave : « Elle est une entreprise contributive qui participe au bien commun en allant plus loin que les pratiques vertueuses comme la gestion de l’impact carbone, des ressources en eau et en énergie, de la biodiversité… Il faut les inscrire dans une politique durable pour redonner vie aux sols, mieux résister au réchauffement climatique et accompagner tout le territoire dans la transition écologique. Nous voulons faire de Buzet le vignoble du futur car si le végétal se porte bien, il donne de beaux raisins et donc de beaux vins, mais aussi dans le but de pérenniser les exploitations en étendant les pratiques de la vigne à tous les domaines d’activités ».

 

Une pluie de labels et récompenses

Pour donner le cap, la coopérative a commencé par passer toutes les certifications de traçabilité de la qualité, du management sociétal et environnemental : Agriconfiance, pour le milieu coopératif, Iso 9 000 et 14 000… Et elle est devenue, depuis 2010, la première entreprise agroalimentaire en France en Iso 26 000, la deuxième tous secteurs confondus dans l’Hexagone, derrière Kenzo Parfums du groupe LVMH.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite