Fermer

Le vivre autrement d’un habitat participatif intergénérationnel

Par Régis Verley

Journaliste

À Villeneuve d’Ascq (Nord), les « ToitMoiNous » ont réussi à réunir des logements sociaux, pour une mixité sociale où se côtoient propriétaires et locataires, à égalité de droits et de devoirs. Mais aussi pour une mixité générationnelle, qui fait cohabiter sur les mêmes paliers autant de familles jeunes que de seniors en couple ou isolés.

Sur deux et trois étages, vingt-deux appartements reliés entre eux par des coursives, un bâtiment comme tant d’autres… Mais derrière les murs, ce sont près de cinquante personnes qui découvrent une façon de vivre autrement, celle de l’habitat participatif.

Le vivre autrement d’un habitat participatif intergénérationnel 2Pour les réunir, la résidence s’est complétée d’espaces collectifs, autogérés et ouverts à tous : une grande et belle salle commune équipée d’une cuisine pour l’accueil des familles et des amis, comme pour des réunions, des fêtes et d’innombrables rencontres. Un studio permet à chacun de recevoir les membres de sa famille. Une buanderie et un atelier de bricolage complètent le décor et accroissent les occasions de partager et de collaborer.

 

Retarder les difficultés de la vieillesse

L’histoire des ToitMoiNous n’est pas simple. Dans cette ville qu’on disait « nouvelle » dans les années 80, les familles ont vieilli et un groupe d’études locales a découvert la montée des difficultés et de l’isolement dans des logements conçus pour des familles et des enfants et bien peu adaptés à une population vieillissante. Vivre ensemble, en partageant les services serait, ont pensé les premiers promoteurs, un moyen d’éviter ou au moins de retarder les difficultés de la vieillesse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite