Fermer

« Entre le tout plastique et plus de plastique du tout, il y a un compromis raisonnable »

Par Hervé Vaudoit

Journaliste

Jürgen Jester de Pixabay

Vous avez lu la semaine dernière notre article sur la situation de la pollution marine, dont l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) déplore l’aggravation. Nous élargissons la réflexion avec cette interview de François-Michel Lambert, député LEF des Bouches-du-Rhône.

 

Vous avez publié en mars 2019 un rapport parlementaire qui proposait une stratégie pour en finir avec la pollution plastique. Cela a-t-il permis d’enclencher une nouvelle dynamique ou est-ce resté lettre morte ?

« Entre le tout plastique et plus de plastique du tout, il y a un compromis raisonnable » 1C’est malheureusement resté lettre morte. Et au lieu d’avancer, on a plutôt reculé puisque l’interdiction des plastiques à usage unique qui devait être effective à partir du 1er janvier 2020 a été décalée au 1er janvier 2021 par Brune Poirson (1), qui a démantelé un amendement que j’avais fait voter en 2018. C’est un très mauvais signe envoyé par le gouvernement, qui essaye de circonscrire le débat sur la pollution plastique à la seule question des emballages, alors qu’ils ne représentent qu’une petite partie des plastiques qu’on retrouve dans les océans. La seule façon d’avancer, c’est de s’interroger sur la place et l’usage des plastiques au sens large dans notre quotidien. Aujourd’hui, on sait que l’une des principales sources de pollution marine par les microplastiques, ce sont les fibres textiles synthétiques. On n’en parle pourtant jamais alors que c’est au moins aussi problématique que les néonicotinoïdes qui ont, eux, bénéficié d’une couverture médiatique considérable.

Depuis 20 ans que la question du plastique dans les océans est débattue sur la place publique, quelles avancées a-t-on enregistrées en France dans la lutte contre ce phénomène ?

Pratiquement aucune.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite