Fermer

Cette plateforme aide les commerces à ouvrir leur boutique en ligne

Par Agathe Perrier

Journaliste

[bref] « Panier de quartier » propose aux commerçants et restaurateurs de toute la France de se doter d’un e-shop afin de vendre sur internet. Un service né à Marseille, mis en place pendant les confinements et voué à perdurer bien après.

 

Avant la pandémie de Covid-19, 69% des entreprises françaises disposaient d’un site web et 26% indiquaient y vendre des produits et des services, d’après une étude publiée en décembre 2019 par l’Afnic, l’association en charge des noms de domaine en « .fr ». Des chiffres qui ont probablement augmenté en 2020, cette année ayant révélé à quel point la présence sur la toile est indispensable. Car, faute d’une vitrine sur le web, nombre de commerces ont dû stopper totalement leur activité pendant les confinements.

Un constat qui a donné une idée à Mathieu Basili. Dès la première mise sous cloche du pays, cet ingénieur web a conçu une plateforme d’abord destinée à ses amis restaurateurs, afin que chacun crée son e-shop et vende ainsi sur internet. « Ça a bien marché mais ça manquait quand même de fonctionnalités. Quand le deuxième confinement est arrivé, on a repris cette base en l’améliorant », glisse-t-il. C’est désormais un vrai site professionnel où n’importe quel commerçant peut ouvrir son e-shop en seulement une demi-journée. L’initiative baptisée Panier de quartier est aujourd’hui portée par Nouveaux Territoires, entreprise spécialisée dans la création de solutions digitales.

 

commerce-marseille-panier-quartier
La boutique en ligne de L’Éléphant Rose à Pois Blancs sur Panier de quartier.
Gratuit les trois premiers mois

La prise en main de la plateforme est plutôt aisée. Elle demande juste un peu de temps aux commerçants, principalement pour ajouter leurs produits sur leur e-shop. Le paiement des achats se fait en ligne ou à réception, selon leur choix. À chaque étape, question ou difficulté, ils peuvent compter sur l’aide de Mathieu Basili.

Côté tarif, pour toute nouvelle inscription, les trois premiers mois sont pour le moment gratuits. L’abonnement se monte ensuite à 49 euros par mois sans engagement. Quand le confinement sera complètement levé, le forfait sera payant dès le premier mois. Les nouveaux inscrits devront aussi s’acquitter de 300 euros de frais de mise en place. Mais Nouveaux Territoires ne s’octroie aucune commission sur les ventes : la seule motivation est d’aider les commerçants à travailler.

 

De Marseille à la France entière

Une dizaine de commerces sont déjà inscrits sur la plateforme et disposent de leur vitrine web. Ils se situent principalement à Marseille et plus particulièrement dans le quartier du Cours Julien (6e arrondissement). L’objectif de Nouveaux Territoires est d’en compter le plus possible, ici comme ailleurs, le service ne connaissant pas de limitation géographique ou de taille. « C’est notre métier de développer des sites qui accueillent beaucoup de visiteurs. Il n’y a donc aucune inquiétude sur notre capacité à en héberger beaucoup », assure Mathieu Basili.

Panier de quartier aura bientôt de nouvelles fonctionnalités disponibles. Comme une barre de recherche ou des mises en avant de boutiques. Et d’autres encore que pourraient suggérer les commerçants. Avec l’idée que la plateforme devienne à terme une petite place de marché… en ligne. ♦