Fermer

La vie rêvée des Marseillais

Par Nathania Cahen

Journaliste

[bref] À quoi peut ressembler le futur souhaitable de Marseille selon ses habitants et ses artistes ? La biennale d’art contemporain Manifesta qui vient de se refermer s’était agrémentée d’un « Tour de tous les Possibles » : 15 rencontres créatives inédites, associant des Marseillais qui se croisaient peu ou pas, dans de lieux singuliers, pour imaginer des futurs possibles de la ville. Des artistes ont ensuite été invités à s’en inspirer. 

Le Tour de tous les Possibles, c’est par exemple des étudiants de Kedge qui ont rejoint des détenus au sein de la prison des Baumettes. Ou des salariés en insertion chez Acta Vista réunis avec des habitants du quartier. Le projet a été conçu et dirigé par Joke Quintens et Tarik Ghezali (La fabrique du Nous) en collaboration avec Ouishare et Marseille Solutions.

La vie rêvée des Marseillais 1
« Place du silence » – Renaud Grizard

Au fil de ces ateliers improbables et de ces réflexions croisées, une centaine de « possibles » ont émergé. Organisés autour de thématiques. Au sujet d’un horizon 2030 « zéro voiture », ont ainsi été proposés : une journée sans voiture le dimanche ; un réseau souterrain pour enterrer les gros axes de voitures ; la récupération de la chaleur du souterrain pour chauffer les piscines municipales ; un centre-ville 100% vélo ; des racks à vélo sur les bus municipaux ; des vélos électriques-taxis ; passer de 80 à 400 km de pistes cyclables ; des parkings relais pour louer des vélos ou garer son vélo.
Pour « Marseille accessible », là encore des idées judicieuses, ou extravagantes : un réseau de tuk-tuks à pédales ; des aspirateurs solaires pour aspirer les déchets des rues ; un chemin que l’on emprunterait à pied ou à vélo, ce serait une voie de déplacement quotidienne, un lieu de vie avec de la musique live, des guinguettes, des halles, des bars ; peindre tous les trottoirs de Marseille de toutes les couleurs, avec les drapeaux du monde ; une tyrolienne pour relier le nord au sud et un Escalator pour faire le trajet inverse ; un chemin qui relie les différents parcs ; des toits-terrasses sur les bus pour les désengorger ; des navettes maritimes sur le canal de l’Huveaune ; un jardin d’acclimatation dans les quartiers Nord ; des trottoirs aménagés pour les poussettes et les fauteuils roulants ; un menu suspendu dans les restaurants pour financer l’aménagement d’un accès handicapés. Et si vous voulez parcourir toutes les propositions, c’est évidemment… possible !

 

La vie rêvée des Marseillais 2
« Vieux-Port aux coquelicots » – Doog Mc Hell

Des respirations qui inspirent
Cette matière foisonnante a été confiée à une dizaine d’artistes qui se sont projetés sur ces possibles. De là est née « L’Expo des Possibles », portée par Becom’ et Marseille Solutions. Cette exposition collective et digitale a réuni des artistes d’origine marseillaise, ou installés plus récemment dans la cité phocéenne. Ayant tous un lien singulier avec cette ville.
Les thématiques Marseille Accessible, Marseille Innovante, Marseille Collective, Marseille Inclusive, Marseille Verte et Propre, Marseille Authentique ont pris de l’envergure et sont devenues illustrations, peintures, aquarelles ou photomontages. Seulement, la belle exposition issue de tout ce foisonnement d’idées a été entravée par le Coronavirus. Il reste malgré tout possible de découvrir les œuvres en ligne et même de les acheter – de bonnes idées de cadeaux de Noël !

Et pour ne pas en rester là, l’équipe des possibles entend prolonger cette réflexion commune et a proposé à la Ville de Marseille de monter une « Expo des Possibles » l’été prochain, sur les murs de la mairie centrale et des mairies d’arrondissements. À suivre ! ♦

[L’illustration en ouverture est « Pont transbordeur corbuséen » – Lionel Borla]
La vie rêvée des Marseillais 3
« Bateau radieux » – Bruno Sedan