Fermer

Chouette Ensemble, boussole gourmande pour des jeunes en situation de handicap

À Aix-en-Provence, le traiteur Chouette Ensemble qui met à l’honneur les produits locaux veut embaucher des jeunes en situation de handicap. Retardé dans ses ambitions par le contexte sanitaire, il joue pour l’heure un rôle de passerelle avec le monde professionnel. Permettant à des stagiaires de tester leur appétence pour la restauration et de gagner confiance en eux.

Écouter cet article en podcast – 9 minutes

Ses yeux clairs sont rivés à sa tâche. Entre ses mains gantées, une poche à douille remplie de houmous à la betterave sucrière, qu’il dresse dans un gobelet en plastique. Le geste est précis, net. Rien ne semble le perturber. Ni les portes qui claquent. Ni le masque qui obstrue son champ de vision. Pas plus que les rires des adolescents aux portes de la cuisine. Comme si sa toque et sa blouse noire formaient autour de cet adolescent une imprenable bulle. Olivier aura dix-huit ans dans quelques semaines. Il en avait huit quand il est arrivé ici, à l’Institut des Parons.

Cette imposante structure aixoise comprend, entre autres, un Institut médical éducatif (IME), un Établissement et service d’aide par le travail (ESAT) mais aussi cette cuisine où Olivier travaille quotidiennement depuis un an. « Au départ, je voulais m’orienter vers le bois. J’ai essayé, mais ça m’a dégoûté. Puis on m’a proposé de venir ici et d’avoir des responsabilités. Depuis ce jour, j’ai envie de travailler dans la restauration ». Si la cuisine de l’Institut l’a formé aux rudiments du métier, il a appris plus encore au contact de Raphaëlle Beyssac, fondatrice de Chouette Ensemble.

Brune aux cheveux noués sous une charlotte, cette quarantenaire est attentive à chacun des gestes de son stagiaire. Elle lui pose tout un tas de questions, avec toujours une certaine douceur. Elle l’interroge sur les aliments qui passent entre ses doigts, comme sur l’esprit de l’entreprise. « Tu te rappelles notre slogan ? ». Il réfléchit un instant mais ça ne lui revient pas. Elle lui souffle alors la réponse : « Bousculer tendrement par le goût ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite