Fermer

Série forêts #2 : plante-t-on trop d’arbres ?

Par Paul Molga

Journaliste

@ Valiphotos de Pixabay

Quel est l’impact réel des campagnes de reforestation ? Souvent conduites sans discernement, elles pourraient être contre-productives, nuire à la biodiversité et renforcer l’effet de serre, selon plusieurs chercheurs. Marcelle a mené l’enquête.

Écouter cet article en podcast – 8 minutes

 

En ce mois de novembre, la forêt varoise accueille un ballet inhabituel. À l’appel du fabricant de bouchons Diam Liège, des dizaines de bénévoles arpentent, pelles en main, les collines dominant Hyères, Ramatuelle et La Londe Les Maures. Objectif de la journée : planter dans cette zone 3 350 chênes-lièges. De quoi repeupler les anciennes suberaies (forêts de chênes-lièges – ndlr) délaissées au profit des sols portugais après guerre. Sur 56 000 hectares potentiellement exploitables dans le département, la moitié seulement est recouverte de cette espèce utile, particulièrement adaptée au climat méditerranéen. « Notre ambition est de redynamiser la filière tricolore du liège », explique le responsable des achats de l’entreprise, Fabien Nguyen.

 

Un arbre pour cinq habitants en Région Sud

L’opération a été rendue possible grâce au concours financier du plan « 1 million d’arbres », initié par la Région Sud (lire en bonus) pour enrichir son patrimoine forestier. « En permettant de stocker potentiellement la moitié des émissions régionales de gaz à effet de serre, la forêt est au cœur du processus d’adaptation et d’atténuation du changement climatique », argumente son président Renaud Muselier. Une fois ce programme achevé fin 2021, la région sera dotée d’un arbre pour cinq habitants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite