Fermer

Des cours de chant pour mieux se concentrer à l’école

Par Agathe Perrier, le 8 février 2021

Journaliste

Laetitia Volcey, chanteuse lyrique, donne chaque jour des cours de chant à l'école Saint-Mitre de Marseille © Agathe Perrier

20 minutes de chant tous les matins, c’est ce qu’expérimentent trois classes de l’école Saint-Mitre à Marseille. La pratique favoriserait mémoire, concentration et cohésion de groupe. Une étude est en cours pour le démontrer afin de déployer le dispositif à la rentrée prochaine.

 

Chaque matin de la semaine – excepté le mercredi – c’est le même rituel pour les CE1A de l’école Saint-Mitre (13e arrondissement). À 9h35 exactement, direction la bibliothèque où Laetitia Volcey les attend. « La meilleure chanteuse », selon un de ces élèves hauts comme trois pommes. Et il n’a pas tort le petit bonhomme. Celle qui les accompagne au piano pendant ces 20 minutes de chorale a une voix des plus envoûtantes. Il faut dire qu’elle est chanteuse lyrique (bonus). Une vraie pro pour animer des séances qui veulent montrer que chanter tous les jours permet de développer des compétences utiles au quotidien.

 

bienfait-chant-memoire-concentration
Échauffement en mouvement et en chantant © AP
Plus de confiance et de mémoire

Laetitia Volcey démarre toujours les sessions chorales par des exercices d’échauffement. Pour que les enfants posent leur voix mais aussi leur esprit. Qu’ils se mettent « dans la posture du chanteur » comme elle dit : pieds bien ancrés au sol, dos droit, concentration au max. Les écoliers s’y plient sans rechigner.« Certains chantaient peu au début, notamment les garçons. Ils ont vite gagné en confiance puisqu’on se voit chaque matin. Ils participent maintenant plus. Et plus juste ! », rit l’intervenante. C’est vrai que les fausses notes sont plutôt rares. Les voix sont pures et cristallines. Lorsqu’ils démarrent un canon – deux groupes chantant en différé – j’en ai même la chair de poule.

Ce qui est encore plus bluffant, c’est leur mémoire. À peine viennent-ils de terminer une chanson qu’ils embrayent sur une autre. La longueur dépend évidemment du niveau de la classe. Car outre les CE1, la chanteuse lyrique assure également des ateliers avec des grands, CM1 et CM2. Laetitia Volcey n’est pas peu fière : « Chaque classe a appris sept textes depuis octobre. Tous par cœur ! ». Quant à la méthode, elle a opté pour l’imitation. « Je leur chante une phrase et ils la répètent de la même façon. Le fait de se voir tous les jours 20 minutes plutôt qu’une heure par semaine aide aussi à l’apprentissage ».

 

Cohésion de classe renforcée

Le cours des CM2 est moins académique que celui des CE1. L’intervenante cherche davantage à créer de l’interaction avec elle mais aussi entre eux. « La cohésion de classe est très bonne grâce au fait de chanter en groupe, en canon ou en écho (ndlr : un groupe chante et le deuxième répète plus doucement). La preuve, c’est qu’à la récré, alors que le foot est normalement réservé aux garçons, même les filles peuvent jouer », souligne leur maîtresse, Gisèle Traversa.

Pour l’enseignante, ses élèves sont plus attentifs. Et parfois plus excités lorsque leur séance quotidienne est terminée. Pas toujours évident ensuite de reprendre la classe normalement. Quand ses CE1 chahutent justement trop, Chantal Busolini n’hésite pas à les faire chanter quelques minutes afin qu’ils retrouvent leur concentration. Une étude a d’ailleurs débuté pour connaître l’impact réel de ces sessions de chorale sur les enfants.

 

bienfait-chant-enfant-ecole
Laetitia Volcey félicite les CM2 après une chanson © AP
Preuves à l’appui

C’est la deuxième année consécutive pour le programme « Chanter au quotidien » à l’école Saint-Mitre (bonus). La différence est que celle-ci a valeur de test. « On a décidé de démontrer scientifiquement les bienfaits des ateliers : davantage de concentration en classe, de mémoire, d’écoute et de respect entre les enfants », expose Roland Hayrabedian, directeur artistique de Musicatreize, structure portant le dispositif. Autant d’éléments que le laboratoire de neurosciences cognitives d’Aix-Marseille va vérifier. Ses équipes ont déjà analysé en début d’année la pratique vocale, l’engagement et la créativité d’une dizaine d’élèves par classe. Rebelote vers les mois de mai ou juin, pour voir leur évolution. « On sait d’expérience que les bienfaits de pratiques artistiques se répercutent sur d’autres compétences dans la vie. On aura là des preuves scientifiques », anticipe Laetitia Volcey.

Le groupe de petits chanteurs sera comparé à un groupe d’apprentis écrivains. Car en parallèle des ateliers chorale, les autres CE1, CM1 et CM2 de l’école suivent un projet d’écriture, à raison de 20 minutes quotidiennes également. Le compositeur Jean-Christophe Marti va même créer des musiques à partir de ces textes, que les enfants chanteront en fin d’année lors d’un spectacle, si la situation sanitaire l’autorise.

 

cours-chant-ecole-chorale
Concentration maximale chez les CE1 © AP
Bientôt pour toutes les écoles de Marseille ?

Si les résultats de l’étude sont probants, Roland Hayrabedian compte bien prendre son bâton de pèlerin afin de convaincre la municipalité marseillaise d’élargir le programme à d’autres écoles. Une équipe de la Mairie est déjà venue assister à l’une des sessions au mois de décembre, emmenée par Michèle Rubirola, alors encore maire. L’adjoint à la Culture, Jean-Marc Coppola, est d’ailleurs favorable à étendre le dispositif « à grande échelle » dès la rentrée prochaine. « Pas aux 470 écoles, ça ira crescendo », confie l’élu. Et d’ajouter : « Ça fait partie de l’éducation artistique et je veux que les 85 000 enfants de 0 à 11 ans qui fréquentent les crèches et les écoles de Marseille en bénéficient. Le chant est peut-être l’activité la plus facile et la moins coûteuse à mettre en place pour participer à cet éveil ».

Musicatreize compte même rayonner bientôt au-delà, dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Son objectif est qu’une école par département en profite à la rentrée prochaine. « Ce serait le maximum de nos possibilités d’un point de vue financier », glisse le président (bonus). D’autres structures, comme des mairies, pourraient alors dupliquer le projet de leur côté. De quoi aider les élèves dans leur scolarité et leur vie de façon générale. Pour Laetitia Volcey comme Roland Hayrabedian et Jean-Marc Coppola, les ateliers permettent en effet d’ouvrir les enfants à la culture. Et à des pratiques vers lesquelles ils ne se seraient pas forcément tournés. De quoi révéler des vocations insoupçonnées et apporter un peu de rêve dans leur quotidien. En chantant. ♦

 

*LE ZEF, parrain de la rubrique « Éducation », partage avec vous la lecture de cet article dans son intégralité*

 

Bonus [pour les abonnés] Chanter au quotidien – Musicatreize – Financements – Laetitia Volcey –
Ce contenu est réservé à nos abonnés. Soutenez-nous en vous abonnant !.
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous.

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?