Fermer

Série kilos émotionnels #1 : voir un psy… et maigrir !

Par Marie Le Marois

Journaliste

Lac de Constance @ Pixabay

La prise de poids ne dépend pas seulement de notre alimentation. Elle peut être liée à des émotions ou des pensées douloureuses. En les déposant avec un psy, il est possible de s’en libérer et de perdre des kilos. Tout dépend, bien sûr, de l’origine et de l’ancienneté de son surpoids. Juliette, Chloé et d’autres* m’ont confié leur chemin vers l’allègement.

 

Lorsque Juliette a décidé de consulter un psy, c’était pour déposer un mal-être. Pas pour maigrir. Mais au fil des séances, cette maman de 38 ans a fondu. Comme si, en déposant ‘’ses valises’’, elle s’était également délestée de ses kilos en trop. Un hasard ? «  Si ce phénomène est possible, il n’est en aucun cas systématique. La thérapie n’est pas magique », prévient toutefois Gérard Apfeldorfer, psychiatre et psychothérapeute, cofondateur du GROS (Groupe de réflexion sur l’obésité et le surpoids – en bonus).

 

Manger pour ne plus souffrir ou pour se rendre indésirable

En revanche, la thérapie peut avoir un impact lorsque la prise de poids a eu pour fonction d’éviter de souffrir : enfants maltraités, parents divorcés, harcèlement scolaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déja membre ? Vous connecter

S'abonner pour lire la suite