Fermer

La peur de la Covid impacte notre système immunitaire

Par Marie Le Marois, le 13 avril 2021

Journaliste

@pixabay

[au fait !] L’hiver passe mais la Covid rôde. Nous enserre et parfois nous touche. Pour nous en prémunir et protéger notre organisme contre toute dégradation, il est important de dorloter notre système immunitaire. Avant, pendant, après le passage du virus. Et surtout, éloigner la peur. Car elle est nuisible pour notre santé mentale et physique.

 

Pendant huit mois, Karima n’est pas sortie de chez elle. Sauf pour le boulot et les courses. Avec un enfant asthmatique et une sœur enceinte, elle était submergée par la peur de la Covid pour elle et ses proches. En novembre, cette cadre dans la protection de l’enfance s’est sentie extrêmement fatiguée. Oppressée. En apnée. Déprimée. « Mon mari m’a poussé à me balader avec lui autour du MuCem, puis à déjeuner au Panier ».

Grâce à cette bouffée d’oxygène, elle a senti une libération, dans son corps et dans sa tête. Et une envie furieuse de « renouer avec la vraie vie ». Depuis, tout en faisant attention – masque et distanciation, cette quadra appréhende les événements avec recul et distance. Elle ne scrute plus les infos en continu, ni les chiffres des patients hospitalisés. Trop anxiogène.

 

Augmentation des troubles anxieux chez les Français
Covid dépression
@pixabay

Le cas de Karima n’est pas isolé. L’enquête CoviPrev, menée régulièrement par Santé publique France depuis mars 2020 confirme une dégradation de la santé mentale de la population. En ‘’vague 22’’ (15-17 mars 2021), 31% des personnes interrogées présentaient des états anxieux ou dépressifs. Elle est plus marquée chez les jeunes de 18-24 ans et, particulièrement chez les étudiants.

Cet état de stress chronique est lié aux conditions de vie du confinement (promiscuité, isolement social…). Mais aussi à la peur de la maladie pour soi et son entourage.

 

 

Le stress chronique est néfaste pour la santé physique et mentale

Le stress, nous explique le Dr Guillaume Fond, psychiatre, docteur en psycho-immunologie et chercheur à l’APHM (assistance publique des hôpitaux de Marseille), est « une activation normale et biologique du corps, quand il a besoin d’accroître ses performances face à un danger ou une épreuve importante ».

Là où il devient nuisible pour la santé physique et mentale, c’est lorsqu’il s’active à tout moment. Le corps, qui est alors en hyper vigilance, va épuiser sur le long terme ses réserves, ses ressources et son énergie.

 

Trois impacts du stress sur les défenses immunitaires
stress covid sucre
@pixabay

La première conséquence du stress chronique est la perturbation du sommeil. « Or, on sait que ce repos est important pour préserver ses capacités immunitaires », rapporte le docteur en psycho-immunologie.

La seconde réponse est une déréglementation de l’alimentation. En cas de stress permanent, on a envie d’ingérer des produits sucrés, gras et pleins d’additifs, tous inflammatoires.

Or, la majeure partie des cellules immunitaires (60 à 70%) est chargée de défendre notre intestin. Si elles sont mobilisées pour faire face à une alimentation inflammatoire, « elles nous protègent moins contre d’autres infections, comme des virus respiratoires par exemple ».

 

 

Perméabilité des intestins

Le troisième mécanisme est la libération dans le sang du cortisol, l’hormone du stress. Cette hormone augmente la perméabilité de l’intestin. Donc si je mange de mauvais aliments, l’inflammation va perturber les bactéries de mon intestin et favoriser des bactéries nocives. « Des morceaux de ces bactéries vont passer dans le sang, créer davantage d’inflammation et affaiblir les défenses immunitaires qui seront occupées à faire face à ces antigènes ».

 

La communauté scientifique s’intéresse depuis plusieurs années aux effets du stress psychologique sur la santé. Sophie Ugolini, directrice de recherche Inserm au Centre d’Immunologie de Marseille-Luminy, vient de démontrer que cette association entre stress et immunité est largement médiée par un type de récepteurs qui se lie aux hormones du stress : le récepteur β2-adrénergique.

« En parler, c’est déjà se soigner »

Il faut se prémunir contre la Covid. Mais également contre le stress provoqué par celle-ci. Prendre de la distance avec les infos en continu ou l’application StopCovid qui martèle les chiffres des patients hospitalisés, mettre un masque psychique avec les proches contaminés par la peur, laver son esprit en confiant ses maux à un proche ou un professionnel de la santé (médecin, psy..).

Santé Publique France vient de lancer une campagne d’information avec comme message fort : « pas besoin d‘avoir la covid pour se sentir mal ». Un soutien psychologique est proposé avec le numéro vert 0 800 130 000 et le site Psycom.org. Et pour les jeunes de 12 à 25 ans, le Fil Santé Jeunes et sa ligne d’écoute, 0 800 235 236. Pour reprendre Santé Publique France : « En parler, c’est déjà se soigner ». ♦

 

Bonus – Pour booster son immunité au printemps
  • Conseils (en vrac) d’Anaïs Durand, naturopathe DESU Nutrition et santé :

Prendre le soleil pour synthétiser la vitamine D indispensable à la modulation du système immunitaire : 10 minutes, pas plus mais chaque jour, sans crème, sans lunettes, en exposant 25% du corps (visage + bras ou visage + avant bras + jambes)

 

– Pour ceux qui vivent au bord de la mer, prendre des bains frais. Cette cure de jouvence offre un shoot d’oligo-éléments à travers la peau, nettoie les fosses nasales, libère les bronches et favorise la circulation lymphatique, et donc des lymphocytes.

 

– Entreprendre une activité physique raisonnable, qui exerce des effets immunostimulants et protecteurs face aux infections. De préférence en plein air et au contact de la nature !

 

Covid câlins système immunitaire
@pixabay

– Faire des câlins, qui ont si mauvaise presse en ce moment, mais dont le rôle est important : ils contribuent à réduire l’anxiété et à renforcer les anticorps, pour mieux se protéger contre les affections virales.

 

-S’autoriser une sieste ! Seulement 30 minutes peuvent inverser les effets néfastes d’une mauvaise nuit. Et offrir au corps l’opportunité de rétablir les niveaux d’hormones et de protéines indispensables au bon fonctionnement du système immunitaire.

 

  • Au niveau de l’alimentation –

S’offrir un plateau de fruits de mer, riche en zinc, qui intervient dans l’efficacité de la réponse immunitaire. Et des petits poissons gras (sardines, maquereaux, rougets, …), riches en protéines, indispensables, en oméga 3 et en vitamine D, celle-ci résistant très bien à la cuisson !

 

fruits et légumes covid santé
@pixabay

– Abuser de fruits et légumes locaux et de saison, frais et colorés, riches en antioxydants, en vitamines et en minéraux (qui eux ne résistent pas à l’importation de pays lointains et aux cuissons fortes !) En avril, asperge, blette, petits pois, carotte, radis, petit pois, poire…

 

– Profiter de l’huile d’olive pour ses qualités antioxydantes et protectrices de nos cellules. Et de l’ail qui possède de remarquables propriétés antimicrobiennes, antifongiques et antivirales.

 

– Penser aux super pouvoirs des plantes de nos collines (et de nos recettes). Comme le thym, anti-infectieux puissant. Le romarin, grand antioxydant et protecteur du foie. Le laurier noble, désinfectant pulmonaire. L’origan, qui booste le système immunitaire et protège les bronches… Leur consommation sous forme de tisanes ne comporte aucun risque et est souvent très efficace en prévention ou sur les petits maux !

 

Renforcer son système immunitaire pour contrer le virus 

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?