Fermer

L’agrivoltaïsme fait le bonheur des asperges !

Par Hervé Vaudoit, le 14 avril 2021

Journaliste

Photo PixaBay

Tenergie, deuxième acteur français de l’énergie solaire, est en passe de réussir un pari pris en 2017 avec un agriculteur de Mallemort : produire de belles et de bonnes asperges sous une serre photovoltaïque. Jusque là, la plupart des tentatives se sont soldées par des succès énergétiques mais des fiascos agricoles.  

De prime abord, l’idée semble si bonne qu’on se demande bien pourquoi il n’en a pas poussé partout, des serres comme celles-là. Pensez donc : produire au même endroit et en même temps, de beaux légumes bien frais et de la bonne énergie verte semble, par les temps qui courent, une espèce de Saint-Graal. Une formule magique qui démontrerait à elle seule qu’économie et écologie peuvent faire bon ménage. Mais aussi enclencher un cercle vertueux profitable à tous.


Stratégie gagnant-gagnant

C’est en tout cas le sentiment qu’on peut avoir après la visite du domaine de Saint-Vincent, à Mallemort. Dans ce village blotti sur la rive sud de la Durance, un agriculteur, Laurent Chabert, et une entreprise spécialisée dans la production d’électricité photovoltaïque, Tenergie (1), ont uni leurs efforts (et leurs moyens) pour donner corps à ce nouveau concept, l’agrivoltaïsme.

L'agrivoltaïsme fair le bonheur des asperges ! 2
Deux immenses serres équipées en toiture de 8027 panneaux photovoltaïques @DR

En 2017, ils sont tombés d’accord sur une formule qu’ils espéraient gagnante. Le maraîcher mettait ses terres à disposition du producteur d’énergie. En retour, ce dernier acceptait de construire sur 3,3 hectares – et à ses frais – deux immenses serres équipées en toiture de 8027 panneaux photovoltaïques.

Répartis sur un peu plus d’un tiers de la surface de la serre, ils sont capables de produire plus de 3 GWH d’électricité. Soit l’équivalent de la consommation annuelle moyenne de 700 foyers, hors chauffage.
Quatre ans plus tard, l’heure des premiers bilans a sonné pour les deux partenaires. Et ils confirment la pertinence du modèle. Car non seulement la serre Tenairlux© (c’est son nom) a produit plus d’énergie qu’attendu, mais elle a également répondu aux attentes de Laurent Chabert, ravi des rendements et de la qualité des produits qu’il y a fait pousser.


Bon pour l’énergie, bon pour les légumes
L'agrivoltaïsme fair le bonheur des asperges !
Nicolas Jeuffrain @DR

« Depuis le démarrage, nous sommes entre 105 et 107% de nos objectifs initiaux en matière de production énergétique », se félicite ainsi Nicolas Jeuffrain, cofondateur et président de Tenergie. « Nous sommes très satisfaits de notre production d’asperges vertes, une spécialité du domaine depuis plus de 40 ans », ajoute de son côté Laurent Chabert. Qui souligne la « qualité exceptionnelle » de sa récolte, toujours très prisée des restaurateurs étoilés et des gastronomes. « Du fait des démarches administratives très longues et des difficultés financières rencontrées ces derniers temps, nous avons dû attendre cette année pour faire notre première tentative », explique le maraîcher.
Coup d’essai, coup de maître, puisque ses asperges ont poussé bien droit et en nombre. Sous leur nouvel abri, elles n’ont manqué ni de lumière, ni d’eau, ni de chaleur. « Les rendements sont corrects pour une première année, indique-t-il. Nous sommes à 4 tonnes à l’hectare et j’espère 9 tonnes l’année prochaine. » Un niveau envisageable, justement parce que la serre Tenairlux© privilégie les aspects agronomiques à la production électrique pure. « C’est elle qui a été adaptée à la production d’asperges et pas l’inverse », insiste Laurent Chabert. Selon lui, avec les modèles qui maximisent la surface de panneaux, « les rendements et les calibres ne sont pas au rendez-vous. »

 


Efficace contre la canicule… et le gel

Parmi les enseignements tirés de ces premières récoltes et de 4 ans d’utilisation de son nouvel outil, le maraîcher a aussi constaté qu’il parvenait « à bien réguler la température à l’intérieur de la serre. L’été, il n’y fait pas plus de 35°, contre plus de 50° sous les tunnels classiques, grâce à la gestion optimisée de la ventilation. » Les toitures ouvrantes et les panneaux latéraux mobiles permettent en effet de réguler les courants d’air, donc la température.

L'agrivoltaïsme fair le bonheur des asperges ! 3
Nicolas Jeuffrain et Laurent Chabert @DR

C’est un avantage l’été, mais aussi l’hiver, comme on a pu le voir lors de la vague de froid qui a touché presque toute la France en ce début avril. Malgré les – 3 à – 5° enregistrés sur les champs limoneux des bords de Durance la nuit la plus froide de la semaine, Laurent Chabert a pu maintenir des températures positives dans ses serres.
Pouvoir réguler le climat interne des « chapelles », comme les appellent les ingénieurs, a aussi une incidence sur l’irrigation et les intrants. « J’ai consommé 30% d’eau en moins par rapport à ce que je fais en tunnels, annonce l’agriculteur. Et en maîtrisant la température et le taux d’humidité, je n’ai pas eu besoin d’utiliser de fongicides ou de pesticides. »

Moins d’eau, moins de phyto, c’est aussi moins de dépenses, donc des coûts de production mieux tenus. Et cela « répond aux enjeux auxquels doivent faire face les producteurs d’énergie que nous sommes et les agriculteurs », souligne Nicolas Jeuffrain. Et de citer « la décarbonation des modes de production, la restauration de la biodiversité et la volonté des consommateurs de manger bon, sain et local. »


Double usage du foncier
Soleil, asperges et mégawatts
Tenairlux©, la serre photovaltaïque qui couve les asperges.

Le patron de Tenergie se félicite également de répondre, avec sa Tenairlux©, à une critique récurrente des sceptiques et autres opposants aux serres photovoltaïques : celle de pousser les agriculteurs à se satisfaire des revenus électriques et d’abandonner les terres sous les panneaux, faute de lumière et de rentabilité suffisante.

« Nous ne remplaçons pas une activité par une autre sur une parcelle de terre, nous passons d’un mono à un double usage du foncier agricole sur lequel nous installons nos serres », plaide-t-il. Aucune chance que l’agriculteur renonce à ses cultures, puisque ce n’est pas lui, mais Ténergie, qui encaisse le prix de la revente de l’électricité produite. Il était donc « important de prendre en compte les impératifs agronomiques pour dessiner un modèle vertueux. Qui permette d’équilibrer les revenus. »


6 millions d’euros d’investissement, au moins 20 ans d’exploitation

Après avoir investi 6 millions d’euros, avec une participation de la Banque des Territoires, Ténergie prévoit d’amortir l’installation sur 20 ans, soit la durée du contrat signé avec EdF. Mais elle a été « dimensionnée pour 25/30 ans », assure Nicolas Jeuffrain. À Mallemort, Laurent Chabert ne serait d’ailleurs pas contre une extension de ses chapelles. Elles occupent pour l’heure 3,3 hectares sur les 16 que compte le domaine Saint-Vincent. Reste un problème d’inondabilité sur une partie des terres. Preuve que l’on peut faire de l’agrivoltaïsme en contentant l’agriculteur et l’énergéticien. ♦


(1) Partenaire de Marcelle.


Bonus

[pour les abonnés] – Tenairlux©, innovante à tous les étages – Agriculture en ligne en temps de Covid – Tenergie en chiffres –

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Soutenez-nous en vous abonnant !.
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous.

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?