Fermer

Le relayage, un dispositif pour permettre aux aidants de souffler

Par Lucie Lanzon, le 26 juin 2021

Journaliste stagiaire

[bref] Prendre le relais des aidants au domicile de leur proche, voilà le principe du « relayage ». Ce dispositif est en expérimentation dans sept Ehpad de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Reportage à Malaucène, à la maison de retraite de l’Oustalet.

 

Au-delà de l’accueil de personnes âgées qui ne peuvent plus être maintenues à domicile, la maison de retraite de l’Oustalet propose aussi de prêter main-forte aux aidants. Via le dispositif dit de « relayage » (voir bonus), elle permet à l’entourage des personnes malades de disposer d’un temps de répit durant un à plusieurs jours, sans avoir à transférer leur proche en dehors de leur domicile. « Pallier l’épuisement des aidants est primordial, tout comme ne pas déraciner la personne malade de ses habitudes de vie. Cela permet en plus de créer du lien entre les familles et nous », considère Anne-Marie Fredouille, directrice adjointe de l’Ehpad.

 

 

15 jours de répit par an

En amont de la mise en place du relayage, un coordinateur se rend au domicile de la personne malade pour la rencontrer. En plus d’établir un premier contact, le but est de connaître son mode de vie et ses habitudes. Il transmet ensuite toutes ces informations aux futurs professionnels de santé qui interviendront auprès du patient.

Le relayage peut être établi pendant plusieurs jours, avec une durée minimale de 24h. L’aidant dispose de 15 jours de relayage par an, renouvelables une fois. Le dispositif est financé par l’ARS Paca avec un reste à charge pour les familles de 20 euros par jour. 

 

D’autres dispositifs d’aide aux patients

Si le relayage permet de retarder l’admission d’un malade en Ehpad, le dispositif sert aussi à la préparer. Car le patient est déjà familiarisé avec l’équipe de soin, ce qui facilite son intégration future. L’Oustalet est actuellement la seule maison de retraite du Vaucluse à proposer ce dispositif. Il est néanmoins déployé dans six autres établissements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (bonus), à titre d’expérimentation jusqu’à fin 2021. « C’est une solution de répit qui ravit les familles et qui met en confiance avec le malade », souligne Sandrine Bedon, médecin coordinateur du relayage.

La maison de retraite propose en parallèle d’autres dispositifs d’aide aux patients, comme par exemple un accueil de jour itinérant, qui prend en charge des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’autres troubles apparentés durant la semaine. Ou encore un hébergement temporaire de 90 jours maximum pour les personnes âgées en perte d’autonomie.

 

Bonus 
  • Le relayage, un dispositif inspiré du baluchonnage québécois – Le baluchonnage a été créé en 1999 au Québec. On le doit à Marie Gendron, infirmière à l’Institut de gériatrie de Montréal. Il est par contre spécifiquement destiné aux familles dont un proche est atteint de la maladie d’Alzheimer.
  • 7 établissements expérimentent le relayage – À Briançon, Fréjus, Hyères, Malaucène, Marseille, Menton et Saint-Chamas. Plus d’infos sur le site de l’ARS Paca en cliquant ici.

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?