Fermer

Un remède à la malbouffe dans les ehpad et les hôpitaux

Par Maëva Gardet Pizzo, le 1 juillet 2021

À Marseille, Wastco a entrepris de mettre l’alimentation au cœur du projet des établissements de soin. Car se nourrir est un acte qui implique non seulement le corps, mais aussi le lien social et le plaisir. Bémol : Ehpads, hôpitaux et autres instituts socio-médicaux ont un budget très contraint. L’idée est donc d’agir sur un levier central. Le gaspillage alimentaire peut représenter jusqu’à 20% des repas servis. Une manière de combiner économie, écologie, santé et bien-être au quotidien.

 

Soupe de légumes peu ragoûtante. Ratatouille insipide. Pâtes trop cuites… Les repas des établissements de soin font rarement saliver. Lorsqu’on passe un court séjour à l’hôpital, on peut s’en amuser, et peut-être trouver d’autres ressources grâce à la complicité de proches. Mais en Ehpad, où l’on prend tous ses repas pendant des années, l’esquive est plus difficile, et le moral peut en être sérieusement affecté.

Difficile alors de finir ses assiettes dont une bonne part du contenu finit à la poubelle. « On peut se retrouver avec des problèmes de malnutrition voire de dénutrition », observe Sandra Rigal Vadell, fondatrice de Wastco.

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Soutenez-nous en vous abonnant !.
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous.

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?