Fermer

Le chant au programme de plusieurs classes marseillaises

Par Agathe Perrier, le 8 septembre 2021

Journaliste

Un atelier chant à l'école Saint-Mitre en février 2021 © Agathe Perrier

[au fait !] Trois écoles de Provence-Alpes-Côte d’Azur font désormais partie du programme « Chanter au quotidien », qui invite cette pratique quotidiennement dans l’emploi du temps des élèves. Elle améliorerait leur mémoire, concentration ou encore créativité… en plus d’être bonne pour le moral !

 

C’est de nouveau une rentrée sous le signe de la chanson que s’apprêtent à connaître les élèves de l’école Saint-Mitre de Marseille. D’ici la fin septembre, et pour la troisième année consécutive, trois classes de cet établissement du 13e arrondissement intégreront le programme « Chanter au quotidien » (notre reportage ici) : des ateliers chant tous les jours pendant 20 minutes. Avec, comme cheffe d’orchestre, une chanteuse professionnelle.

Ce dispositif est porté depuis 2019 par l’ensemble musical Musicatreize. Et comme souhaité par son président, Roland Hayrabedian, il s’est étendu en cette rentrée 2021/2022. École National (3e arrondissement de Marseille) et école Paul Barles (Saint-Maximin, Var). Soit neuf classes au total. « On se développe progressivement car il faut débloquer à chaque fois de nouveaux fonds », explique Juliette Raffier, chargée de production et de développement. La structure assurait jusqu’à présent la grande majorité du budget du programme. Mais depuis cette année, elle bénéficie de financements externes (bonus).

 

Des bienfaits à prouver

Pour l’équipe de Musicatreize, c’est une certitude : chanter quotidiennement est bon pour les enfants. Cette pratique leur permettrait d’améliorer concentration, créativité ou encore mémoire. Une étude a d’ailleurs été lancée l’année dernière pour le prouver, menée par le laboratoire de neurosciences cognitives d’Aix-Marseille. « Les chercheurs ont testé les capacités d’une partie des élèves. Au début et à la fin de l’année afin de mesurer les évolutions », précise Daria Kucevalova, coordinatrice du programme au sein de Musicatreize. Les mêmes tests ont été réalisés dans des classes de niveau identique suivant un atelier d’écriture pour comparer ce que chaque activité apporte. Idem enfin avec une classe témoin ne pratiquant aucun de ces deux arts.

L’étude se poursuit cette année pour des résultats attendus fin 2022. « Les premiers que l’on a pu consulter sont déjà intéressants et encourageants », glisse Daria Kucevalova sans pouvoir en révéler davantage. Et d’ajouter : « Tous les bienfaits du chant quotidien ne peuvent néanmoins pas être analysés scientifiquement. Comme la confiance en soin, le respect et l’écoute des autres, l’empathie… Des capacités presque plus importantes que les autres », considère-t-elle. Et qui n’ont finalement pas besoin de test pour se voir. ♦

 

Bonus 
  • De nouveaux financements en cette rentrée – L’année dernière, pour les trois classes de l’école Saint-Mitre, le dispositif a coûté entre 10 000 et 12 000 euros sur l’année. Une somme entièrement financée par l’Ensemble Musicatreize. Pour le déployer à l’école National, la structure a bénéficié d’un financement du dispositif Cité éducative et d’un autre, cette fois du conservatoire de Saint-Maximin, pour l’étendre à l’école Paul Barles.

 

  • À lire aussi : notre reportage « Des graines de danseur dans les écoles des quartiers »

Des graines de danseur dans les écoles des quartiers

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?