Fermer

La voile, remède aux maux des soignants

Par Agathe Perrier, le 24 septembre 2021

Journaliste

Inciter les soignants à prendre soin d’eux-mêmes, voilà le message que veut faire passer l’association Guérir en mer. Elle organise donc pour eux une régate, convaincue des bienfaits de la voile et de la mer sur la santé. Avec en filigrane l’idée qu’« un soignant qui va bien, c’est dix soignés qui vont encore mieux ».

 

Le cordonnier est toujours le plus mal chaussé– dit-on. C’est vrai aussi en matière de santé. Les soignants, ceux qui s’occupent de nos maux, ne prennent pas le temps de guérir les leurs. Pour inverser la tendance, deux d’entre eux – Marine Crest, médecin généraliste et Jean-Baptiste Bourlard, masseur-kinésithérapeute et ostéopathe – ont créé l’association Guérir en mer. Ils organisent une régate les 2 et 3 octobre prochains et invitent le plus de soignants possible à participer. D’une part, parce que le sport, et la mer, ont des vertus reconnues sur la santé (voir bonus). D’autre part, parce que la pratique de la voile présente de nombreuses similitudes avec leur quotidien, aussi étonnant que cela puisse paraître.

 

marine-crest-medecin-marseille
Marine Crest, cofondatrice et présidente de l’association Guérir en mer © Agathe Perrier
Hissez haut, novices comme pro

Comme l’explique Marine Crest : « La voile demande les mêmes qualités que la médecine. On passe de moments de calme plat à des instants de stress. Il faut vite s’adapter, être concentré, précis dans ses gestes, gérer ses émotions. Toute l’anxiété qu’on peut ressentir au travail, on peut aussi la vivre sur le bateau, mais de façon positive ». D’où l’idée d’une régate où les soignants tentent l’expérience. D’après la médecin, ils ont en plus l’habitude de se coordonner rapidement entre eux, ce qui se révèle particulièrement adapté à la navigation.

L’événement reste cependant ouvert à tous. La seule condition est que chaque équipage compte au minimum un soignant. Mais aussi des professionnels de la voile pour accompagner les novices. Pas besoin donc d’être un marin hors pair pour participer – « Un bon matelot est quelqu’un qui fait ce qu’on lui dit ! » – ni d’être forcément actif sur le bateau. Il est possible d’y monter simplement pour profiter de la balade.

Stop aux bonnes excuses

Zéro contrainte donc et ce n’est pas un hasard. « Les soignants ont toujours une bonne excuse pour ne pas prendre soin d’eux », glisse Marine Crest. Et de confier : « Ça a longtemps aussi été mon cas ». Un laisser-aller qui l’a menée droit vers le burn-out lors de son internat en médecine. C’est pourquoi, en amont de la régate, un colloque s’attardera sur le burn-out des soignants et comment la voile peut aider à combattre la dépression. Un outil parmi tant d’autres, appuie néanmoins la généraliste. « Nous, nous avons choisi la voile pour prendre soin de nous, mais il y a différentes façons de le faire ! ».

Deux soirées sont également au programme de ce week-end placé sous le signe de la voile. La première en l’honneur de l’association Les matelots de la vie, qui embarque en séjours sur l’eau des enfants guéris ou en rémission. Avec notamment une vente aux enchères où les lots se composent de dons de grands navigateurs français ou de particuliers. La seconde sera dédiée aux seuls soignants (programme en bonus).

 

 

guerir-mer-association-soignant
Une partie de la dizaine de bénévoles de Guérir en mer © DR
Des sorties en mer toute l’année

Si la régate marque le temps fort de l’action de Guérir en mer ce n’est toutefois pas la seule. L’association entend bien organiser des sorties en mer tout au long de l’année. Des journées entre soignants pour souffler et déconnecter. Un programme de conférences est aussi en préparation. Il suffit d’adhérer à l’association pour le recevoir (bonus).

Dans un contexte où le malaise et le mal-être des soignants ont été mis en lumière par la crise du Covid-19, Guérir en mer a reçu de nombreux soutiens. « Le Covid a joué en notre faveur car beaucoup de personnes veulent aider les soignants comme ils les ont applaudis pendant le confinement. L’idée remonte néanmoins à bien avant », rappelle Marine Crest. La première édition de la régate aurait en effet dû se tenir le premier week-end d’octobre 2020, au terme de plus d’un an de préparation. Reportée au dernier moment en juin 2021, puis à ce mois d’octobre, en raison des conditions sanitaires. C’est (normalement) cette fois la bonne. Une bouffée d’oxygène en perspective et le début d’une belle aventure solidaire. ♦

 

* L’AP-HM, Assistance publique des hôpitaux de Marseille, parraine la rubrique santé et vous offre la lecture de cet article *

Bonus 
  • Le programme complet du week-end
    > Colloque « Voile et santé » le 1er octobre de 14h à 18h
    > Soirée caritative au profit des Matelots du cœur le 1er octobre à 19h
    > Régate les 2 et 3 octobre en journée
    > Soirée festive en l’honneur des soignants le 2 octobre à 19h
    Possibilité de participer à un seul ou plusieurs de ces temps forts. Plus de détails et inscription en cliquant ici.
  • Adhérer à Guérir en mer – Il est possible de faire une demande d’adhésion sur le site de l’association en cliquant ici.
  • Les financements de l’association – Ils proviennent de sponsors privés et d’une subvention de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Un partenariat exclusif public a en effet été signé avec cette institution pour cette première édition de la régate.
  • La voile, bonne pour le corps et l’esprit – D’après la fédération française de voile, la voile stimule l’équilibre, l’observation, les sensations. C’est un sport bon pour le système cardiaque, les articulations et les fonctions cognitives. Être à l’air libre, sur l’eau, chasse en plus stress et anxiété, et soulage les maux de l’esprit.

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?