Fermer

Ultra-précarité : l’urgence d’une réponse globale et coordonnée

Par Maëva Gardet Pizzo, le 28 octobre 2021

Dans le tourbillon de l'épidémie de covid-19, de nombreuses personnes ont basculé de la précarité à l'utlra-précarité @Secours Catholique-Caritas France_ChristopheHargoues

Tempête sur le plan sanitaire, l’épidémie de covid-19 l’a aussi été sur le plan social. Rappelant combien les inégalités sociales, économiques et sanitaires sont imbriquées les unes dans les autres. Face à cela, la réponse ne peut être qu’aussi complexe que le problème, et coordonnée. C’est ce que préconise le dernier rapport du Collectif Alerte PACA, présenté le 13 octobre.

Adana a 13 ans. Née en Albanie, elle doit rejoindre la France en 2017. Question de vie ou de mort : elle souffre d’insuffisance rénale, sa mère de thrombose et de cécité. Pour subvenir aux besoins de sa famille, le père travaille sur des chantiers. Au noir. Il en tire 1300 euros par mois. Mais l’hiver dernier, il est arrêté et reçoit une Obligation de quitter le territoire : 300 euros de frais d’avocat. Dans le même temps, ses revenus ne s’élèvent plus qu’à 500-700 euros par mois pour un loyer de 500 euros auquel il faut ajouter les autres charges.

En juin, la famille d’Adana cumule deux mois d’impayés. Elle reçoit les premières menaces d’expulsion mais n’a d’autre choix que de s’accrocher à son T2 insalubre. À ses murs couverts de moisissure. Son humidité permanente. L’absence de vitre dans la chambre où les deux sœurs partagent un lit. Le froid qui n’a que faire des cartons censés remplacer la porte d’entrée de l’immeuble, cassée. C’est ça ou la rue.

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Soutenez-nous en vous abonnant !.
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous.

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?