Fermer

Série forêts #3 : Reforest’Action implique citoyens et entreprises

Par Frédérique Hermine, le 9 février 2021

Journaliste

Replantations ©Reforest-Action

L’ONU a placé la décennie 2020-2030 sous le signe de la restauration des écosystèmes. De fait, les forêts de la planète semblent en avoir bien besoin ! Depuis dix ans, Reforest’Action a aidé à la plantation de près de 10 millions d’arbres dans 25 pays. En mobilisant particuliers et surtout entreprises autour de projets porteurs.

 

“Pour réussir sa vie, un homme doit faire un enfant, écrire un livre et planter un arbre”, écrivait l’artiste cubain Compay Segundo. Planter oui, mais pas n’importe quoi n’importe où. Au-delà des bonnes intentions, la gestion de la forêt ne s’improvise pas. « Le sujet n’est pas nouveau mais la déforestation suscite un regain d’intérêt depuis deux ans, reconnaît Stéphane Hallaire. Surtout dans les zones inter-tropicales mais aussi dans les régions tempérées d’Europe et de France à cause des aléas météo et de l’emballement climatique ».

Série forêts #3 : Reforest'Action implique citoyens et entreprises 2
Stéphane Hallaire, Président de Reforest’Action

Le président fondateur de Reforest’Action, entreprise porteuse de projets de reforestation en France et dans le monde explique : « Nous tentons de limiter la « déforestation importée » en alertant sur l’achat d’essences rares, d’huile de palme ou de soja qui abîment tant de forêts. Nous identifions des environnements dégradés. Puis nous motivons des entreprises à leur protection, leur restauration et à la création de nouveaux écosystèmes ».

 

95% de la biodiversité dans les forêts

La forêt a-t-elle besoin des hommes ? « Non. Mais nous, nous avons besoin d’elle puisqu’elle abrite 80% de la biodiversité et les trois quarts des ressources en eau douce mondiales. Sans compter que 2,4 milliards d’êtres humains en dépendent », rappelle Hervé le Bouler, le « Monsieur Forêt » de France Nature Environnement, conseiller au Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Série forêts #3 : Reforest'Action implique citoyens et entreprises 4
95% de la biodiversité française se loge dans les forêts @F. Hermine

En France, 95% de la biodiversité se situe dans les forêts dont 90% dans celle de Guyane. Sur les 30% du territoire boisé de l’Hexagone, on trouve les deux tiers de cette biodiversité. Globalement, la forêt française se porte bien, estime le dernier rapport quinquennal du PEFC (Programme de reconnaissance des certifications forestières – bonus). Les surfaces boisées ont progressé en 20 ans, passant de 14,4 à 16,4 millions d’hectares ; une dynamique qui profite davantage aux feuillus qu’aux résineux.

Pourtant, certains écosystèmes sont sérieusement menacés par les pollutions atmosphériques, les tempêtes, les incendies, la sécheresse, l’acidification des sols, les agressions pathogènes… « Il faut néanmoins se rappeler que nos forêts n’ont jamais été aussi dégradées qu’à la fin du 19e siècle, principalement à cause de l’accroissement de l’exploitation du bois de chauffage à cette époque. Le développement des techniques agricoles, de l’utilisation du charbon et du pétrole pour l’énergie ont alors sauvé nos forêts », précise Hervé Le Bouler à l’occasion du dernier salon Produrable. Aujourd’hui, seule la moitié du volume de bois produit chaque année est exploitée mais il existe des certifications de forêts durables (PEFC, FSC France – Forest Stewardship Council) qui privilégient l’exploitation du bois français.

 

« Planter un arbre, c’est rentrer dans l’histoire »
Série forêts #3 : Reforest'Action implique citoyens et entreprises
« Planter un arbre, c’est rentrer dans l’histoire »- Photo @Reforestaction

À l’heure où l’ONU a placé la décennie 2020-2030 sous le signe de la restauration des écosystèmes, « chacun doit participer car il ne faut pas trop en attendre des fonds publics, estime Stéphane Hallaire. Aux entreprises de prendre le relais, mais pas seulement en mettant en avant la compensation carbone qui est merveilleuse mais insuffisante. Elles ne doivent pas utiliser cet argument pour continuer à émettre du CO2. Il est temps d’aller plus loin car un projet de plantation réussi ne se voit que 20 ans après ».

Pas question donc de faire du greenwashing ; il s’agit de réfléchir à mettre en place des projets complexes qui s’inscrivent sur le long terme « car planter un arbre, c’est rentrer dans l’histoire », rappelle Hervé Le Bouler. « Mais il faut avant tout savoir pourquoi on plante et s’engager dans la durée : être accompagné de professionnels qui ont la technicité nécessaire et choisir l’essence en collaboration avec les populations locales. Mais aussi s’organiser pour assurer un accompagnement financier et technique et garantir un SAV pour un suivi dans le temps ».

 

 

Des entreprises qui s’engagent
Série forêts #3 : Reforest'Action implique citoyens et entreprises 3
25 entreprises françaises se sont engagées chacune pour 50 000 arbres @Reforestaction

De plus en plus d’entreprises s’engagent dans de telles démarches. Reforest’Action se charge de faire le relais. Parmi les projets en cours, Leroy Merlin finance depuis 2015 des replantations d’arbres pour chaque pack de parquets en chêne acheté afin d’assurer le renouvellement de la ressource, soit environ 130 000 arbres. Pampers s’est engagé en parallèle de la diminution du poids des couches d’origine végétale à planter 100 000 arbres en 2020 en France, au Kenya et en Tanzanie. La Compagnie du Rhum s’est mobilisée sur la replantation de 11 000 graines de cacaoyers en Haïti avant d’aider au reboisement d’une forêt en Tanzanie. Boulanger a participé à la replantation de plus de 227 000 arbres en France, notamment dans les Landes pour reconstituer des forêts littorales. Et s’est investi au Pérou, pour aider les villageois à disposer dans leurs champs d’arbres fruitiers ou d’essences à croissance rapide pour produire bois et caoutchouc sans impacter la forêt amazonienne.

Par ailleurs, des collectivités se lancent dans la plantation de microforêts urbaines, comme à Épernay (Marne) en décembre dernier, afin de créer des puits de carbone. Tout le monde s’y met, ou presque ! ♦

 

Bonus
  • Bilan – Depuis la création de Reforest’Action il y a dix ans, l’entreprise a aidé à la plantation de près de 10 millions d’arbres dans 25 pays sur plus de 700 projets. « Nous diversifions les essences pour créer des forêts de toutes tailles et de toutes sortes, insiste Nicolas Blain, responsable des relations institutionnelles. Elles sont ainsi plus résistantes aux aléas climatiques, contrairement au modèle répandu en France de forêts mono-espèces de 2 à 10 000 arbres en moyenne, aux trois quarts sur des terrains privés ». Reforest’Action vient d’ailleurs de lancer un appel à projets pour planter trois millions d’arbres dans nos forêts dès l’automne prochain.

 

  • Le Programme de reconnaissance des certifications forestières – Gardien de l’équilibre forestier, PEFC certifie la gestion durable des forêts et rassemble autour d’une vision multifonctionnelle et équilibrée de la forêt dans 53 pays à travers le monde. Depuis 20 ans, PEFC France favorise l’équilibre entre les dimensions environnementales, sociétales et économiques de la forêt grâce à des garanties de pratiques durables et l’implication de 70 000 propriétaires forestiers et de plus 3 100 entreprises en France.

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?