Fermer

[habiter autrement #5] J’habite dans une maison passive

Par Paola Da Silva, le 27 septembre 2022

Journaliste

La maison passive doit bénéficier d'une isolation thermique renforcée, supprimer tous les ponts thermiques et posséder une étanchéité à l’air parfaite © DR

Et, plus précisément, dans le deuxième programme du plus grand éco-quartier passif de France, celui comportant des maisons individuelles. La Fleuriaye, à Carquefou, dans la métropole de Nantes, se construit en effet peu à peu depuis 2011. Projet d’ambition porté par de multiples acteurs institutionnels, c’est le premier à rassembler, à terme, 600 logements passifs. Et c’est là que j’ai fait construire ma maison passive, en octobre 2020.

 

Le projet est tellement vaste qu’il serait difficile en un seul article d’en faire le tour. J’ai donc choisi de privilégier ici l’expérience de vie qu’est de résider dans une maison individuelle labellisée « Passivhaus », -une maison passive, Cqfd- sur quoi je peux, de fait, témoigner.

[habiter autrement #5] J’habite dans une maison passive 2
Livrée fin 2020, une maison moderne de 90m2, à ossature bois, comportant une grande pièce de vie, une salle de bain et trois chambres © PDS
Livrée fin 2020, c’est une maison moderne de 90m2, à ossature bois, comportant une grande pièce de vie, une salle de bain et trois chambres. Si ce n’était son bardage extérieur en bois, il serait compliqué de la distinguer d’une maison individuelle classique. Et c’est bien là que réside l’un de ses principaux avantages : cette maison passive est avant tout une maison moderne et confortable, comme n’importe quelle autre maison récemment livrée.

 

Un ensemble de 600 logements passifs 

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Soutenez-nous en vous abonnant !.
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous.

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?