Fermer

Tourisme #2 : Helloways, la rando qui se passe d’auto

Par Juliette Pic, le 16 juillet 2021

Randonnée dans les Calanques de Marseille @DR

On associe volontiers randonnée et pleine nature. Mais pour accéder à cette bouffée de silence et de communion avec son environnement, il faut le plus souvent passer par la case voiture et la pause parking. Mais pas avec Helloways, un site qui ne propose que des randonnées accessibles sans voiture.

 

L’entrée en matière est souvent la même : pour le citadin qui a envie d’air pur, accéder aux chemins de randonnée – sommets alpins, villages cévenols ou GR corse – n’est pas toujours simple sans voiture. La difficulté est décuplée quand on sait que la plupart des métropoles valorisent – à raison – les transports doux et en commun, plébiscités par de plus en plus de leurs habitants. Malgré tout, certains chemins de randonnée, pourtant tout proches, sont inaccessibles sans voiture.

C’est un problème que Clément Lhommeau, fondateur d’Helloways, a, lui aussi, identifié en s’installant à Paris. « Ma compagne et moi sommes Vendéens d’origine, plutôt sportifs et, comme la plupart des citadins de notre génération, nous ne sommes pas motorisés. En arrivant à Paris nous avions identifié pas mal d’endroits à voir, de randonnées ou d’activités possibles. Mais il n’y avait pas moyen d’y accéder sans voiture ! ». De là est né Helloways : pour répertorier des chemins de randonnée ou d’activités nature accessibles en transports collectifs.

 

Des itinéraires maison et des randonnées répertoriées

Depuis 2018, année de naissance d’Helloways, l’entreprise a essaimé. Partie de Paris, elle propose désormais des randonnées accessibles sans voiture depuis onze métropoles, partout en France et à Bruxelles.

Aujourd’hui, le site répertorie 1300 randonnées. Toutes s’appuient sur les sentiers balisés et officiels, pour des raisons de sécurité et de respect des écosystèmes. Certains itinéraires sont créés de toutes pièces par l’équipe d’Helloways, qui conçoit un parcours de gare à gare par exemple.

Les autres sont issues d’un partenariat entre l’entreprise et la Fédération Française de la Randonnée Pédestre. Depuis mai 2020, celle-ci s’appuie sur Helloways pour digitaliser ses topo-guides. De plus, le site met à disposition de ses abonnés les randonnées référencées qui sont, là encore, accessibles via une gare.

Et pour un randonneur, ce détail fait toute la différence : il n’est pas rare d’avoir besoin de plusieurs topo-guides pour se construire un itinéraire. Le coût, le poids (le moindre gramme compte !) notamment en freinent plus d’un. Dès lors, un abonnement au site pour avoir accès aux randonnées qui vous intéressent, et uniquement à elles, avec l’assurance de la mise à jour, c’est un avantage.

 

Tourisme #2 : Helloways, la rando à portée de pieds © Léna Perdrigé
En août 2020, la communauté Helloways a organisé un week-end de 36 km dans la forêt de Rambouillet. Au programme, cueillette de plantes sauvages comestibles, concerts, astronomie et yoga. © Léna Perdrigé
Une communauté active

Pour Clément Lhommeau, « 1300 randonnées sur le site, cela peut sembler peu en trois ans. Mais, ajoute-t-il, les itinéraires sont tous vérifiés par l’équipe ou par la communauté. On vérifie les traces GPS, l’entretien des sentiers, les informations des topo-guides… Nous sommes très rigoureux sur nos randonnées ».
Helloways s’appuie sur un solide réseau communautaire. Outre les groupes Facebook par ville de départ – dont certains comptent plus de 20 000 membres – le site compte 150 000 abonnés, qui peuvent accéder aux cartes et aux descriptifs officiels des randonnées sans avoir à acheter de manuel.

Avec la crise sanitaire, l’équipe d’Helloways a eu un peu peur mais, finalement, la limitation de déplacement dans un rayon de moins de 100 km s’est traduite par une forte activité. Les requêtes Google l’ont confirmé, de nombreux internautes découvraient le site après avoir cherché : « randonnée près de [telle ville] ».

 

 

Ceux qui randonnent prendront le train

Au-delà de la proximité immédiate, ce qui réunit les utilisateurs d’Helloways, c’est la volonté de s’évader en pleine nature – le site ne répertorie aucune randonnée urbaine – en n’utilisant que des transports en commun.

« Depuis deux ans, nous avons noué des partenariats avec la RATP et la SNCF, explique le cofondateur de la marque. D’abord en Île-de-France, puis en Auvergne-Rhône-Alpes. Nous travaillons sur la valorisation de la nature autour des gares. On propose du contenu pour montrer que le TER n’est pas juste un transport lié au travail et qu’il peut aussi être utilisé pour le loisir ».

Tourisme #2 : Helloways, la rando à portée de pieds - ©Loeildeos
Pour Helloways, « Sans voiture, on profite tout aussi bien de la nature. Nous sommes tous concernés par les enjeux écologiques de notre temps » – ©Loeildeos

C’est le cheval de bataille d’Helloways : leur engagement repose sur la mobilité et l’accessibilité en transport. D’abord, pour simplifier la vie de citadins qui souhaitent accéder à un bout de nature près de chez eux, et ensuite pour des raisons écologiques, pour ralentir le tout-voiture et se déplacer de manière certes plus lente, mais plus respectueuse.

Une manière de voir les choses que la plupart des randonneurs chevronnés partagent. Alors, pourquoi certains sentiers sont si sales ? « Je reste convaincu que la très grande majorité des randonneurs est respectueuse, affirme Clément Lhommeau. Certes, il y a un pourcentage de gens qui polluent, mais un bon nombre d’entre nous part avec des sacs pour ramasser les déchets qu’ils trouvent, et nous sommes là pour encourager ces comportements-là ».

 

Bientôt une application digitale

Comme toutes les entreprises du tourisme, la start-up a un peu souffert cette année, même si le public était au rendez-vous, certains partenariats se sont envolés. Mais qu’à cela ne tienne, l’entreprise regarde vers demain, en faisant le dos rond.

À moyen terme, Helloways compte recruter un commercial, pour le volet partenariat justement.
Autre actualité : l’arrivée d’une application, bien utile pour les randonneurs. « Courant juillet, mais pour l’instant il m’est difficile de donner une date précise de sortie ! » indique le chef d’entreprise.

Enfin, dans les prochains mois, Helloways compte ajouter de nouveaux itinéraires à partir de nouvelles métropoles dans le sud de la France. Lesquelles ? Rien n’est vraiment défini, mais Nice en fera partie. En attendant, les Marseillais ne sont pas en reste : il existe de nombreux chemins répertoriés par Helloways, et un groupe Facebook actif dans la région. Alors, à vos chaussures, et direction la gare la plus proche ! ♦

 

Vous rencontrez un problème ?

Nous avons apportés quelques améliorations techniques sur Marcelle.media. 

Si vous rencontrez des problèmes, n'hésitez pas à nous envoyer un message.

Vous rencontrez un problème ?